Aller au contenu principal

L'agriculture : star d'une expo photo

Entre Indre et Creuse, à proximité de Sainte-Sévère, l'agriculture est photogénique. Sécyl Gilet, photographe, s'est immergée dans le quotidien des éleveurs du secteur. Ses clichés font désormais l'objet d'une exposition et d'un livre, ancrant une nouvelle fois le monde agricole et ses préoccupations dans la culture artistique du département.

Dans les champs de Sainte-Sévère, appareil photo en main, Sécyl Gilet, attend. Elle en est sûre, quelque chose va se produire. « En photographie, il faut faire preuve de patience, être là au bon moment pour capter l'instant » explique-t-elle.

Née dans une famille d'artistes, elle s'est d'abord passionnée pour l'illustration. Peu à peu, les notions de photographie ont fait leur apparition et Sécyl Gilet n'a plus lâché son appareil. Des clichés de ciel et de paysages ont rempli ses albums photos. « Mais plus je photographiais les paysages plus j'étais fascinée par les gens, les sujets et leurs mouvements » détaille-t-elle. Depuis quatre ans, Sécyl Gilet vit à Briantes, petit coin de Berry qu'elle affectionne tout particulièrement. « Quand je suis arrivée, je me suis dit qu'ici, il y avait du travail en photographie jusqu'à la fin de ma vie ! », raconte la photographe.

FAÇONNEURS DE PAYSAGES

« C'est grâce à mon voisin Jean que tout a commencé » se souvient-elle. En effet, après en avoir discuté avec eux, elle a décidé d'immortaliser le travail quotidien de cinq voisins agriculteurs.

Pendant deux ans, vaches, tracteurs, mais surtout paysans et paysannes sont entrés dans son objectif. Une immersion dans le monde agricole pendant huit saisons au cours desquelles Sécyl Gilet est tombée en admiration de ces paysans « œuvrant d'arrachepied ». « Avant, je voyais juste des gens qui travaillaient comme des bêtes. Puis, au fil des jours, plus je les suivais, plus je les comprenais et plus je me passionnais pour leur profession » explique-t-elle.

Les 5 000 photos prises exposent ces femmes et hommes, aussi préoccupés par les changements du monde que l'avenir de leurs modes de travail. Sécyl Gilet illustre le lien indissociable entre les paysages du Boischaut Sud et Jean, Christian, Patrick, Denis et Evelyne, éleveurs et « façonneurs de paysages grâce à leur travail quotidien. Que deviendra le bocage sans leur intervention, sans l'élevage ? » s'interroge la photographe, faisant aussi allusion à la moyenne d'âge des agriculteurs du département et à l'absence de repreneurs.

PHOTOS DE CHAMPS DANS LA VILLE

Exposées jusqu'en avril 2023, les photos de Sécyl Gilet sont visibles dans les rues de La Châtre. En effet, le musée George Sand et de la Vallée Noire réitère son festival « Hors les murs » pour la deuxième année consécutive. Après Jenny de Vasson, c'est la photographe issoldunoise désormais passionnée par l'agriculture qui a été choisie. Avec son regard précis et lucide, Sécyl Gilet et ses clichés ont su séduire la ville et son musée. « Le principal travail a été de choisir les photographies qui attireront le regard du promeneur, mais surtout qui le feront rester devant, un instant », déclare-t-elle.

UN LIVRE ET UNE EXPO COMPLÉMENTAIRES

Exposer ses clichés est une réelle fierté pour la photographe, mais l'artiste ne s'est pas arrêtée là. « Je voulais que les propos des éleveurs soient aussi présents ». Bruno Mascle, journaliste, a alors récolté des témoignages poignants, « à l'image de ceux qui font vivre ce petit coin de terre et qui naviguent entre le labeur quotidien, la préservation des espaces et d'innombrables questions » écrit-il. Les photos et textes ont alors été regroupés dans un seul et même ouvrage, intitulé « Paysans Paysage » et paru aux Editions La Bouinotte. Page après page, les saisons défilent et avec elles, les travaux agricoles. Secyl Gilet se souviendra longtemps du « sourire au coin de l'œil des éleveurs » lorsqu'elle leur a apporté le livre, celui qui illustre leur labeur au quotidien, leur vie. « J'ai vraiment essayé de montrer à quel point le travail qu'ils amènent est colossal. Ils font tout, tout seuls, sans demander d'aide à personne, face à l'immensité de la nature ». Photos et témoignages forment un harmonieux ouvrage témoin de l'affection portée par la photographe pour la profession. « J'espère, à ma petite échelle, pouvoir leur redonner un peu de fierté à exercer leur métier » conclut-elle.


À découvrir 

• Exposition « Paysans Paysage » jusqu'en avril 2023 dans les rues de La Châtre (Square G.Sand, Cour Jenny de Vasson, Place de la République, Square de l'Abbaye, MJCS).

• Livre : Paysans Paysage, Sécyl Gilet et Bruno Mascle, Editions La Bouinotte, 2022.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

MOISS’ BATT’ CROSS : LES ROIS DE LA RÉCUP’
Devenue une animation phare des Terr’agri indrien, depuis bientôt 10 ans, la course de Moiss’ batt’ cross requiert une préparation particulière.
UN JEUNE ÉLEVEUR INVESTI POUR SON CANTON
Dans le secteur de Mouhet, les jeunes agriculteurs sont nombreux et majoritairement membres actifs des JA du canton Brenne-Val de Creuse.
Saint-Benoît, toujours un carrefour d’affaires
De nombreux sélectionneurs ovins d’Indre, du Cher, de Creuse, de Vienne, de l’Allier, de Charente et même des DeuxSèvres ont fait le déplacement à Sai
Marguer’ice, histoire d’une crème glacée locale
En 2011, un couple d’éleveurs indriens fait le pari de transformer une partie de sa production laitière.
LA VIANDE DU BERRY BURGER ASSURÉE 100 % TILLY
Manger local est l’un des chevaux de bataille du syndicat Jeunes agriculteurs.
« UNE FÊTE FAMILIALE ET CONVIVIALE »
La crise sanitaire et les confinements à répétition avaient eu raison du Terr’agri de Mouhet, initialement prévu en 2020.
Publicité