Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Observations des cultures  
BSV : Le lycée Naturapolis de Châteauroux impliqué

Depuis trois ans maintenant, le lycée agricole de Châteauroux participe activement à l’observation des cultures dans le cadre du réseau BSV. C’est l’occasion de porter à connaissance des élèves le dispositif tout en les formant à l’observation et au suivi des ravageurs des principales cultures.

bsv

Le lycée agricole Naturapolis a devancé la volonté de la DRAAF qui souhaitait une implication des lycées du Centre-Val de Loire dans les observations du Bulletin de Santé du Végétal (BSV). Dès 2015, l’équipe enseignante de l’établissement de Châteauroux, par le biais de Cécile Hébert et Bernard Beaufils, avait sollicité la chambre d’agriculture pour que les élèves du lycée puissent participer au dispositif. Objectif : que le BSV soit connu des élèves, ici des BTS APV, car ce sont de futurs techniciens ou agriculteurs. En participant aux observations et en s’abonnant aux messages, ils peuvent s’approprier correctement l’outil BSV indispensable à la gestion des bioagresseurs. Lorsqu’on interroge les élèves en début d’année, ils sont peu nombreux à connaître le BSV et savoir ce qu’on peut y trouver comme information. Maintenant, c’est une habitude, à chaque rentrée un rendez-vous est pris pour former les élèves aux observations d’automne et à l’utilisation des outils liés aux BSV. Ils apprennent à manipuler Vigicultures, l’outil de saisie et de partage des observations, et ils prennent en main les fiches de saisie et les protocoles. A la fin de l’automne, tous les élèves ont participé aux relevés et observations et ont eu l’occasion de lire les messages.En termes d’apprentissage, le fait de participer au BSV permet de suivre le cycle des cultures du semis jusqu’à la fin de cycle et de se former à la reconnaissance des principaux bio-agresseurs. Les élèves participent également au réseau de piégeage de pucerons et cicadelles sur plaques jaunes engluée. Après la levée des céréales, ils effectuent aussi des observations de pucerons sur feuillage. Enfin, au printemps, la féverole d’hiver vient se rajouter à la liste des cultures observées. Les élèves participent également à la réunion annuelle des observateurs, cela permet de leur présenter le dispositif régional et ses évolutions. Et surtout cela leur montre qu’ils font partie d’un réseau multi partenaires.  

Pour s’abonner au BSV rendez-vous sur : http://bsv.centre.chambagri.fr/ index.php/formulaire-d-inscription

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le point sur le traitement des semences
Compte tenu de la disparition de certaines matières actives sur le marché, Franck Duroueix de Terres Inovia estime que l’absence de traitement de seme
Vignette
L’agriculture de « conversation », une voie d’avenir ?
 Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’agriculture de conservation et de régénération des sols.
Une offre promotionnelle jusqu’à fin juin 2019
Jean-Pierre Nicolet, référent Mes M@rchés pour la chambre d’agriculture de l’Indre, indique qu’une remise de 15 % sera accordé à tout nouvel abonné au
Vignette
Mes M@rchés, « une sécurité que je n’avais pas »
Les producteurs de grains sont parfois esseulés face à la bonne décision à adopter pour la vente de leur production.
Vignette
Des échanges fructueux en bouts de champ
 Les tours de plaine touchent à leur fin pour le CIVAM de Vatan Les Bordes.  
Vignette
Le roulage : stopper la croissance des végétaux à moindre coût
 Jean-Jacques Brissemoret a livré à ses collègues du groupe Dephy ses impressions sur l’utilisation du rouleau faca qu’il a depuis 18 mois.  
Publicité