Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Conseils de saison
Colza : maintien de conditions de semis défavorables

La sécheresse se poursuit et la météo annoncée pour la semaine à venir risque d’accentuer encore un peu plus la situation. Il est donc à nouveau très compliqué cette année d’avoir des levées de colza correctes, favorables à la mise en place d’un colza « performant ».

Légende
Pour les semis non réalisés à ce jour, inutile d’engager des frais si la réussite n’est pas assurée.

La gestion des insectes d’automne (grosse altise et charançon du bourgeon terminal) nécessite d’avoir des colzas vigoureux de la levée jusqu’au repos végétatif. Pour les semis non réalisés à ce jour, inutile d’engager des frais (semences, désherbage…) si la réussite n’est pas assurée !

 

Dans ces situations, attendre l’annonce d’un épisode pluvieux significatif (une vingtaine de mm dans les limons, davantage dans les argiles) pour envisager un semis et idéalement, semer dans le sec la veille de la pluie. Si le semis est envisagé avec des plantes compagnes, là aussi attendre des pluies significatives permettant d’assurer une bonne levée.

Dans certaines zones du département, des parcelles ont été semées. Pour les colzas levés ou en cours de levée, il convient d’être très vigilant vis-à-vis des petites altises qui sont à nouveau cette année très présentes. Surveiller très régulièrement ses parcelles du stade levée à 3 feuilles. Le seuil d’intervention est fixé à 8 pieds sur 10 atteints et 25 % de surface foliaire affectée. Afin de limiter leur présence, ne pas détruire les repousses de colza situées à proximité. Pour ces parcelles, limiter au plus tôt la concurrence avec les repousses de céréales qui vont assécher encore un peu plus.

Dans ces situations une intervention avec un antigraminée foliaire peut être envisagé. Enfin pour les colzas semés dans le sec qui n’ont pas levé, éviter au maximum l’application d’herbicides. Elle risque non seulement d’avoir une efficacité réduite mais elle limite aussi fortement le choix pour une éventuelle culture de remplacement.

 

Article extrait du bulletin Im’media publié chaque semaine par la chambre d’agriculture de l’Indre. Pour des préconisations précises, se rapprocher du conseiller agricole du groupe de développement de son secteur (contact : 02 54 61 61 40).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Gestion de l'eau : Vers une gestion par bassin versant
Le déficit hydrique de 2018-2019, couplé aux fortes chaleurs et à l'évapotranspiration a compliqué la gestion de la ressource en eau.
Le pois chiche, une alternative à étudier
Peu développé dans l’Indre, le pois chiche possède pourtant de nombreux avantages. Une attention particulière est requise à son démarrage.
Mesure de reliquats azotés : des économies à la clé
Déjà près de 300 prélèvements de reliquats azotés en sortie d’hiver ont été effectués en ce début de campagne hivernale, par Pierre Malinowski, techni
Réseau écophyto : Relever les Dephy à venir
Au sein du groupe Dephy, les agriculteurs peuvent échanger et élaborer des réflexions communes qui profitent à chacun.
Cultures d'été : Le sorgho, le maïs de demain ?
Après une récolte de maïs compliquée en 2019, plusieurs agriculteurs de l'Indre se sont laissés séduire par le sorgho.
DÉSHERBAGE COLZA : Observer et cibler
La post-levée est surtout efficace sur les dicotylédones. Contre les graminées, il faut agir plus tôt.
Publicité