Aller au contenu principal

El Niño : des inquiétudes sur la sécurité alimentaire mondiale

Selon l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le phénomène El Niño devrait aggraver l’insécurité alimentaire sur de nombreux continents. 

Dans une étude récemment rendue publique*, la FAO s’inquiète des effets du phénomène El Niño (cf. encadré) en Afrique, et notamment en Afrique australe. En effet, des zones de culture majeures au Malawi, au Mozambique, en Namibie, en Zambie et au Zimbabwe « n’ont reçu que 80 % des précipitations moyennes entre la mi-novembre 2023 et février 2024 », indique cette étude triennale. Or, cette période correspond à la période estivale dans l’hémisphère sud, c’est-à-dire à une période certes chaude mais aussi très humide. Au Malawi, « les conditions de sécheresse et de chaleur affectent les districts du centre et du sud, pesant sur les perspectives de production agricole en 2024, et, avec la persistance des prix élevés des denrées alimentaires, les conditions d’insécurité alimentaire aiguë devraient rester tendues en 2024 », indique la FAO.

Selon elle, ce sont 4,4 millions de personnes qui se retrouvent confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, soit 15 % de plus qu’en 2022-2023. Les conditions similaires mettent en péril plus de 3,5 millions de personnes qui vont avoir besoin d’une aide humanitaire. L’accès à la nourriture pourrait y être compliqué par « une perte de revenus pour les habitants des zones rurales et une possible augmentation des prix en raison des pressions sur l’offre », avance la FAO qui souligne que la faiblesse des monnaies locales est un facteur aggravant. En revanche, les pluies abondantes d’octobre-décembre ont profité aux cultures et aux pâturages dans l’est de l’Afrique, notamment en Ouganda, dans le nord-est de la Tanzanie, au centre de la Somalie** ou encore dans les zones côtières du sud-est du Kenya. « Malgré quelques pertes localisées dues aux inondations, les récoltes de céréales stimulées par les pluies abondantes sont estimées supérieures à la moyenne en Ouganda, en République-Unie de Tanzanie et au Kenya, en raison de l’abondance des précipitations », souligne la FAO. 

PRODUCTIONS EN BAISSE 

En Océanie, la récolte du blé et de l’orge d’hiver 2023 s’est achevée en mars. En raison de la persistance de conditions météorologiques sèches dans les principales zones de culture du nord, liées à l’événement El Niño, les rendements de blé de 2023 ont chuté à de faibles niveaux. En conséquence, la production totale de blé est estimée à un niveau inférieur à la moyenne de 25,5 Mt. De même, la baisse des rendements de l’orge a fait chuter la production à un niveau inférieur à la moyenne de 10,8 Mt. Cependant, les premières perspectives pour la récolte céréalière de 2024 sont plus favorables, soutenues par un retour probable de La Niña, qui est généralement associée à une augmentation des précipitations. En Amérique du Sud, la sécheresse en 2023 a pesé sur les récoltes en Argentine qui n’a récolté que 34 Mt de maïs et 21 Mt de soja. Mais les bonnes conditions climatiques du Brésil et l’extension de ses surfaces arables ont permis à la production céréalière sous-régionale d’atteindre un niveau quasi record de 253,7 Mt. Cependant, pour l’année 2024, les cartes devraient être rebattues. Selon la Bourse de commerce de Buenos Aires, le pays devrait produire 55 Mt de maïs ainsi que 50 Mt de soja. En revanche, au Brésil, les premiers chiffres de la récolte sont moyens. On s’attend à une production inférieure à la moyenne, en raison des pluies excessives qui ont réduit les semis. « En Uruguay, les semis ont été estimés proches de la moyenne, mais ont été inférieurs aux attentes initiales en raison de la faible disponibilité de l’eau d’irrigation au moment des plantations », souligne l’étude de la FAO.  

■ (*) Crop prospects and food situation/ march 2024 disponible (en anglais) sur le site de la FAO (www.fao.org). ** En revanche, les fortes pluies qui se sont abattues sur les principales zones de culture du sud de la Somalie ont provoqué des inondations généralisées et des pertes de récoltes considérables. 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

L’arum, une plante singulière

De grandes feuilles vertes, visibles au cœur de l’hiver, une fleur et des fruits pas ordinaires, des surnoms qui ne le sont pas moins et, pour fini

Les pluies perturbent une fois de plus les semis

Après les cultures d’hiver malmenées par les intempéries, l’espoir s’était cristallisé sur les semis de cultures d’été.

« La gestion du risque, c’est notre ADN »

Groupama Centre-Atlantique présentait il y a quelques jours son bilan d’activité 2023.

Quel est l’intérêt des Cives longues dans une zone de captage ?

En Champagne Berrichonne, proche de la zone de captage de Brion, la chambre d’agriculture de l’Indre a mis en place un essai sur les Cives.

Des pièges à frelons asiatiques pour les apiculteurs

 Le Département a présenté, vendredi 26 avril, des pièges à frelons asiatiques qu’il offre au Syndicat des apiculteurs de l’Indre, montrant ai

Une formation quad pour réduire les risques d’accident

La MSA Berry Touraine organise, le 30 mai, une formation quad.

Publicité