Aller au contenu principal

En Martinique, le sucre devient rhum

Le rhum est incontournable en Martinique. Blanc ou vieux et en AOC, il se décline en une large gamme. Le rhum agricole, fleuron de l’île, reste apprécié pour son authenticité.

Dans les départements d’Outre-Mer et notamment en Martinique, le rhum agricole représente une économie dominante. Il est produit à partir de la canne à sucre, une production qui couvre 40 % de ce territoire, à côté des bananeraies. Le commerce du rhum est aujourd’hui supplanté par celui de la banane, alors qu’en 1920, il représentait plus de 80 % du commerce extérieur martiniquais. Mais son industrie demeure importante avec 260 000 hectolitres d’alcool pur, dont 90 000 produits sur l’île de Martinique. Ce nectar demeure une valeur sûre.

Le rhum agricole de la Martinique est produit à partir du jus de la canne à sucre fermenté, à la différence du rhum industriel produit à partir des résidus de mélasse des sucreries. Il a connu ses heures de gloire du XVIIe siècle, notamment avec l’esclavage, et jusqu’au XXe siècle.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Faune sauvage : une application pour signaler les dégât

Les semis de printemps approchent à grands pas et chaque année, de nombreux dégâts sont causés par la faune sauvage sur ces cultures.

La meilleure pointeuse caprine est formée dans l'Indre

Au concours général agricole du Salon de l’agriculture, une étudiante du CS caprin de la Ferme des Âges s’est distinguée lors de l’épreuve de point

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides PAC, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

Accident du travail : sensibiliser pour éviter le danger

Quatre étudiants du BTS APV ont organisé une conférence à l’EPLEFPA Naturapolis sur les thèmes des risques en agriculture.

Publicité