Aller au contenu principal

Desherbage mécanique
La bineuse n’est pas réservée qu’au bio

Quand l’agriculture conventionnelle s’inspire de la biologique pour maîtriser les mauvaises herbes.

Vignette

Pour gérer les adventices qui s’installent dans les champs, l’agriculture biologique s’appuie sur une combinaison de techniques. Pourquoi ne pas les intégrer dans les itinéraires techniques des cultures conventionnelles ? C’était l’objet de la présentation consacrée au désherbage mécanique, organisée par le GDAB 36 le 15 juin à Ciron, qui a réuni une trentaine d’agriculteurs conventionnels. « Nous ne sommes pas là pour convertir au bio, souligne Alexandre Roumet, animateur du GDAB 36, mais pour montrer qu’il existe des techniques vertueuses utilisables en bio comme en conventionnel. » Leviers agronomiques indispensabLes Cette démonstration animée par le GDAB et Bio Centre s’inscrit dans le cadre du contrat territorial zone humide du PNR de la Brenne, dans le volet « préservation de la ressource en eau » qui bénéficie du financement de l’agence de l’eau. Dans cet objectif, plusieurs outils de désherbage mécanique ont été présentés.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Une récolte entre surprises et déceptions
La récolte 2021 a été marquée par les averses venant jouer les troubles fêtes et mettant les nerfs des agriculteurs à rude épreuve.
Ce que l'étude de son sol enseigne
Face aux changements climatiques et au risque de stress hydrique, préserver la structure et la qualité du sol est essentiel pour conserver une réserve
Renard : éleveurs, déclarez vos dégâts !
Le manque de déclarations de dégâts pourrait remettre en cause le statut du renard en tant qu'espèce susceptible d'occasionner des dégâts.
Enfin une fenêtre météo propice
Dans les parcelles praticables, les moissons ont repris depuis le début de la semaine.
Publicité