Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Point de vue
L’action collective bien plus gratifiante que les dissensions

Philippe Demiot, le président de la FDSEA réagit suite à une article paru dans le journal de la Nouvelle République mettant en cause l'irrigation.

L’édition de la Nouvelle République datée du 6 août fait sa une sur : « Dérives de l’irrigation : l’agricultrice dit stop ». En page 2, le journal fait état d’un coup de gueule d’une éleveuse d’Arpheuilles qui indique : « J’ai vu des systèmes d’irrigation tourner des journées entières, les canons qui arrosaient par 40 °C ». Que la presse généraliste médiatise une telle polémique dans ses colonnes inquiète à plus d’un titre Philippe Demiot, le président de la FDSEA.

« D’abord parce que j’estime que face à la sécheresse en particulier, et à tout aléa climatique en général, nous les agriculteurs, nous sommes les premières victimes. Et que ce soit chacun dans nos fermes au quotidien ou à travers les organismes de recherche, nous multiplions les initiatives pour trouver de quoi s’adapter. » Et de citer comme exemple récent, la plate-forme d’essais mise en place, à la ferme expérimentale des Bordes, pour évaluer les mélanges fourragers susceptibles de répondre à la problématique du changement climatique (lire p 8 et 9). « Elle était justement ouverte au public le 1er aout dernier. Les éleveurs s’y sont déplacés en nombre, cela témoigne de leur engagement à vouloir trouver des alternatives à leurs pratiques actuelles », note-t-il.

Il regrette aussi qu’on ne s’intéresse pas plus par exemple à l’agriculture dite de régénération des sols mise en œuvre par de plus en plus d’agriculteurs indriens. « Lorsque le CETA d’Issoudun a convié le grand public à voir le documentaire « Bienvenue les vers de terre » qui exposait les méthodes de travail de ceux qui se sont engagés dans cette voie, le 3 juin à Châteauroux, c’est dommage que des journalistes de la NR ne s’y soit pas déplacés. Ils y auraient rencontré des agriculteurs qui, en toute humilité, remettent totalement en cause leurs façons culturales pour préserver le sol. Que ce faisant, ils participaient activement à limiter au réchauffement climatique. »     

Le président de la FDSEA déplore par ailleurs que la profession déjà largement vilipendée dans l’opinion publique, se fasse elle-même du mal. « C’est déjà très démotivant pour beaucoup d’entre nous de subir des manifestations de dénigrement de notre métier. Que les coups viennent maintenant de la profession, c’est tout simplement désolant ! Nous avons des organisations, comme la chambre d’agriculture par exemple, pour régler nos éventuels différends... » 

Et de conclure : « Un tel comportement, c’est totalement contre-productif. Il est de loin beaucoup plus profitable pour la ferme Indre d’œuvrer collectivement à la défense de notre métier, comme cela a été le cas pour la réouverture de l’abattoir en Boischaut sud. C’est en tout cas ce à quoi la FDSEA s’emploie au quotidien. »

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Le Colo'Tour, une réussite à mettre à l'actif du collectif
Véronique Nandillon est fière, en tant que présidente de son échelon local de la MSA, d'avoir contribué, avec ses équipes, à la mise en place du Colo'
Du nouveau pour la facturation liée aux clients publics
Je suis producteur de légumes et je vends parfois des pommes de terre et des carottes à la cantine scolaire.
Aides animales 2020 à demander sur Telepac
Les aides animales peuvent être demandées sur Télepac à partir du 6 janvier.
Aides ovines et caprines : stabilité
Après les changements de ces deux dernières années, il n'est pas prévu de modification des modalités d'accès aux aides ovines et caprines pour
Adapter ses aménagements pour une eau de qualité
Rivière, étang, mare, forage, puits, réseau… toutes ces ressources d'eau sont potentiellement intéressantes en élevage, à condition d'en connaître les
Des règles à suivre pour un enrubannage réussi
Lors de la journée régionale caprine, Bertrand Bluet conseiller à la chambre d'agriculture de l'Indre a animé un atelier sur l'enrubannage, un fourrag
Publicité