Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Maraîchage
L’asperge verte, une piste pour la diversification

Loïc et Cédric Lexteriat se sont lancés dans la production d’asperges vertes, une véritable aventure dans un territoire où ce légume était complètement absent du paysage agricole.

Légende
L’asperge verte s’adapte bien en sols argilo-calcaires.

Produire de l’asperge verte en Champagne berrichonne peut paraître un pari un peu fou. C’est pourtant le choix que deux frères ont fait en 2015. Loïc et Cédric Lexteriat se sont respectivement installés en 2011 et 2015 hors cadre familial, en association avec leur père. En production céréalière, ils souhaitaient diversifier leur activité et se sont tourner vers une culture maraîchère, l’asperge verte.

UNE CULTURE ADAPTEE DANS L'INDRE
 

Pour Loïc, qui a repris une ferme à Vineuil, l’asperge verte est une culture qui s’adapte très bien aux sols berrichons. Néanmoins, les deux jeunes agriculteurs avaient besoin d’un soutien technique pour commencer leur production. « Avant de m’installer, je travaillais chez CER France, en Poitou-Charentes. Je rencontrais beaucoup d’agriculteurs, dont des producteurs d’asperges, précise Loïc. Lorsqu’en 2013, mon frère m’a parlé de ce projet, nous avons commencé à nous renseigner sur les spécificités de ce légume. Nous avons demandé des conseils aux producteurs que je connaissais dans la Vienne et parallèlement nous avons adhéré à l’association Asperge Avenir qui nous apporte un soutien technique. Il n’existe pas de service maraîchage à la chambre d’agriculture, nous avions besoin d’un suivi sur la durée. C’est une culture qui s’acclimate bien sur notre territoire, contrairement à ce que l’on peut penser, l’asperge peut se développer sur des sols argilo-calcaires, comme ceux de la Champagne berrichonne ». La plantation se situe à NeuvyPailloux, sur l’exploitation de Cédric, 1,5 ha lui sont réservés, alors que le conditionnement se fait à Vineuil.

Produire de l’asperge, c’est miser sur du long terme, mais c’est aussi beaucoup de temps à consacrer au quotidien, c’est une plante qui réclame une attention régulière durant toute l’année. Les premières récoltes sont effectives deux ans après la plantation, mais entre-temps, il ne faut pas oublier de lui apporter tous les éléments nutritifs dont la plante a besoin. « C’est une plante assez gourmande en matière organique, explique Loïc. A la première récolte, nous ne ramassons que 50 % de la production pour préserver les pieds pour les années suivantes. Le rendement est maximal après 5 ans, puis il commence à décliner. Il faut renouveler la plantation tous les 10 ans en moyenne. »

FAIRE ADOPTER CE NOUVEAU PRODUIT

Loïc et Cédric sont les seuls à proposer l’asperge verte dans le département, cependant elle reste assez méconnue du grand public contrairement à la blanche. De plus, ils souhaitent garantir un très haut niveau de fraîcheur. « Il a été difficile de valoriser notre production au début, se souvient Loïc, aujourd’hui nous travaillons avec plusieurs restaurateurs et nous avons une clientèle fidèle. Nous souhaitons proposer un produit le plus frais possible. Nos asperges sont vendues au maximum deux jours après récolte, nous devons donc anticiper nos commandes. La saison de l’asperge étant très courte, deux mois environ, d’avril à mai, nous ne devons pas nous tromper. » Ils ont développé la vente directe et participent à plusieurs marchés. Avec la demande qui augmente, les deux frères souhaitent agrandir leur surface de production. Une nouvelle parcelle de 1,5 ha va être implantée, cette fois-ci, sur l’exploitation de Loïc. « Nous pourrons l’inscrire en appellation bio, cette partie de mon exploitation est éligible », indique ce dernier. L’asperge verte du Berry s’inscrit désormais dans le patrimoine de notre région, souhaitons pour Cédric et Loïc qu’elle continue de garnir les assiettes des tables gourmandes de l’Indre.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Sécheresse : d'importantes pertes sèches
L'ensemble du département est placé sous restriction d'eau depuis des semaines, coupant ainsi les vannes d'une partie des irrigants pompant dans le mi
Vignette
Colza : maintien de conditions de semis défavorables
La sécheresse se poursuit et la météo annoncée pour la semaine à venir risque d’accentuer encore un peu plus la situation.
Vignette
Groupes de développement : en colza, ça se complique
Déception en colza et satisfaction en blé et protéagineux.
Vignette
Agriculture de conservation des sols : "La terre nous le rend bien"
En modifiant son rapport avec la terre, Jacques Charlot n'a trouvé que des avantages mais aucune science exacte.
Vignette
En chemin vers l'agriculture de conservation avec un GIEE
AgroFerti36, c'est le nom que s'est choisi un collectif d'agriculteurs qui a décidé d'améliorer la fertilité de son sol en s'inspirant de l'agricultur
Vignette
Rendement à la peine et petit calibre
Les faibles rendements 2019 ne feront pas référence en la matière, le manque d’eau et les fortes chaleurs ont eu raison de la croissance des lentilles
Publicité