Aller au contenu principal

Société agricole
L'assolement en commun : pourquoi pas une SEP ?

La société en participation offre un cadre juridique aux assolements en commun, sans remettre en cause le statut du fermage.

Vignette

L’assolement en commun est un moyen de mettre des parcelles de plusieurs agriculteurs dans une seule unité, mais sans fusionner les exploitations concernées. On entend souvent cette réflexion : « Nous avons fait l’assolement en commun parce que nous ne voulions pas créer de GAEC ». C’est cette raison qui est la plus fréquemment invoquée. La société en participation (SEP) permet de garder son autonomie économique, financière, comptable. Elle offre la souplesse d’en sortir à tout moment, sans un imbroglio juridique compliqué.

Pourquoi et comment ?

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

QUELLE FORÊT POUR LE FUTUR ?
Comment préserver les massifs forestiers face au réchauffement climatique ?
Les impacts de la réforme de la PAC
Le combat du moment pour les agriculteurs n'est autre que la prochaine Pac et ses répercussions sur les exploitations.
Réflexion autour de l'hydrogène biosourcé
Cultiver la terre, nourrir les hommes sont les missions premières des agriculteurs, comme l'a rappelé Jérôme Tellier, lors de l'assemblée générale de
Un code mutuel pour valoriser les bonnes pratiques en élevage
En janvier 2022, le code mutuel de bonnes pratiques en élevage caprin évolue.
« LE CHEVREAU DOIT ÊTRE VU COMME UN PRODUIT À PART ENTIÈRE »
La filière viande de chevreau a connu un coup d'arrêt quelques jours avant les fêtes de Pâques en 2020.
Les antibiotiques, ce n'est pas automatique
Les réunions organisées par le Gdma 36 sur le plan Ecoantibio se poursuivent.
Publicité