Aller au contenu principal

L’élevage bovin bio se réunit en groupe de développement

 Un groupe de développement bovin viande bio a récemment été créé par la chambre d’agriculture de l’Indre. Cinq membres en font partie et réfléchissent collectivement sur les enjeux, les conduites d’élevage et les problématiques de chacun. Jean-Baptiste Quillet, conseiller fourrages et bovins viande, suit le groupe et y contribue en apportant un éclairage technique.

Jean-Baptiste Quillet, conseiller, suit le groupe de développement bovin viande bio depuis sa création et il a à cœur d’accueillir de nouveaux membres.

Après une formation sur la fertilisation des sols en agriculture biologique, menée par la chambre d’agriculture de l’Indre, un groupe de développement bovin bio est né. Suivi par Jean-Baptiste Quillet, conseiller fourrages et bovins viande, le groupe tend à s’agrandir. Pour l’instant, il est composé du lycée agricole de Châteauroux, en pleine conversion bio et de quatre éleveurs du secteur de La Châtre. « Mais ce groupe de développement est encore naissant et l’arrivée de nouveaux éleveurs bovins bio permettrait d’enrichir les échanges », déclare Jean-Baptiste Quillet. Le groupe se retrouve deux à trois fois par an pour échanger autour de différents thèmes. « Les discussions techniques se font les pieds dans les bottes », détaille le conseiller. En effet, le groupe se rassemble chez un des membres pour en visiter l’élevage, réaliser un tour de prairie ou d’étable. Une occasion de discuter des performances des animaux grâce aux données chiffrées de l’exploitation. « Certains font partie du programme bovin croissance, ce qui permet de diversif i er les regards et les idées ».

AVANCER COLLECTIVEMENT

Le groupe profite également de cette demi-journée d’échange pour aborder des sujets comme l’alimentation et du pâturage par exemple. « Le but de ces rencontres est d’échanger sur les problèmes rencontrés, d’essayer d’apporter des solutions, de voir les conduites des collègues et de s’en inspirer si besoin », décrit le conseiller. Ce dernier apporte quant à lui un regard technique et des solutions aussi. La principale problématique relevée par Jean-Baptiste Quillet reste la fertilité des sols. « C’est un enjeu fort en agriculture biologique auquel on essaie ensemble de répondre dans ce travail de groupe ». Dès cet automne, les visites d’élevage du groupe de développement bovins viande bio reprendront, avec pour objectif de continuer le travail amorcé cette année, toujours dans l’esprit collectif. 


Contact :

Jean-Baptiste Quillet, conseiller fourrages et bovins viande à la chambre d’agriculture de l’Indre.

Tél : 02 54 61 61 82 ou 07 87 51 23 25 - Mail : jean-baptiste.quillet@ indre.chambagri.fr.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Ne pas négliger la fertilisation phosphore et potasse

 Le groupe herbe Brenne s’est rassemblé le 25 avril, chez Jérôme Siefferman à Chitray, pour faire un point sur l’essai fertilisation mené sur

Une baisse de volume significative en AOP pouligny-saint-pierre

Comme toutes les AOP caprines de la région, l’AOP pouligny-saint-pierre pâtit de la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.

Le cap maintenu malgré la décapitalisation

Des cours en hausse et des animaux mieux finis ont compensé la baisse des effectifs en 2023.

Les caractéristiques agricoles de l'Indre rappelées à la préfète de région

Sophie Brocas, préfète de la région Centre-Val de Loire, était en visite sur une exploitation à Thevet-Saint-Julien, le mercredi 10 avril.

La meilleure pointeuse caprine est formée dans l'Indre

Au concours général agricole du Salon de l’agriculture, une étudiante du CS caprin de la Ferme des Âges s’est distinguée lors de l’épreuve de point

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Publicité