Aller au contenu principal

Commercialisation
Mes M@rchés, « une sécurité que je n’avais pas »

Les producteurs de grains sont parfois esseulés face à la bonne décision à adopter pour la vente de leur production. Le site « Mes M@rchés » accompagne les agriculteurs dans leurs choix, dans un marché très mobile.

Bien vendre ses céréales est souvent un casse-tête pour bon nombre d’agriculteurs. Le marché très volatil rend les décisions souvent difficile à prendre. L’outil d’aide à la décision « Mes M@rchés », un service des chambres d’agriculture à l’échelle interdépartementale. Il a comme missions, l’information, la formation et le conseil à la commercialisation pour les ventes et les achats de céréales.  Julien Aujard utilise ce service depuis le début de l’année 2019. Installé à Issoudun, il recherchait un outil pour l’aider dans ses choix de ventes de grains.


Pour quelle raison avez-vous choisi d’utiliser « Mes M@ rchés » ?
Julien Aujard : Depuis mon installation, je n’avais jamais réussi à réaliser de bonnes opérations. J’avais toujours le mauvais timing. Soit je vendais alors qu’il fallait stocker, soit j’attendais des hausses des cours qui ne venaient jamais. J’ai décidé de rechercher un outil pour m’aider à faire des plus-values intéressantes. On reçoit énormément de données et une multitude de choses peuvent influer sur les prix. On peut être rapidement perdu et ne plus savoir quoi faire. Nous sommes agriculteurs, mais vendre du grain, c’est un autre métier. « Mes M@ rchés »  m’apporte des informations concises et précises, tout en me laissant décisionnaire.  

Quels sont les avantages de ce site par rapport aux autres outils existants ?
J. A. :
Tout d’abord, sa simplicité d’utilisation, les indications apparaissent très clairement, avec des flashs réguliers lorsque le marché évolue. Je n’ai plus besoin de consacrer autant de temps sur mon ordinateur comme je le faisais auparavant. Même lorsque je suis sur « Mes p@rcelles », je reçois des alertes sur mon téléphone portable, ce qui est très pratique. Ensuite les conseils sont souvent très judicieux. Depuis que je suis abonné, les opérations que j’ai réalisées m’ont rarement été défavorables alors que je ne les aurais certainement pas faites de moi-même. Cette année par exemple, j’ai vendu de l’orge de mouture en janvier, l’année passée j’aurais attendu. C’est certes un investissement, mais il est très rapidement rentabilisé.


Vous restez malgré tout maître de votre choix ?
J. A. :
Oui bien sûr, mais dans une prise de décision il y a toujours un élément déclencheur. Cela peut être le voisin qui a bien vendu, ou des outils plus pragmatiques comme celuici. Mais je connais mon prix de revient et je sais à partir de quel prix de vente je peux faire de la trésorerie. « Mes M@ rchés » m’apporte une sécurité que je n’avais pas, qui plus est avec des cours qui évoluent très rapidement. Aujourd’hui, mon objectif n’est plus de vendre au cours le plus haut, mais d’avoir une marge suffisante pour que les transactions restent avantageuses. Cela m’a fait évoluer dans mon approche commerciale, d’autant que j’ai une grande confiance dans les préconisations fournies par le service. 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

La patate douce se cultive dans la région
Suite à un simple constat dans les rayons des supermarchés locaux, les associés du Gaec des Sables à la Guerche (37) ont entrepris la production de pa
Une récolte de courges plutôt bonne
Chaleur et déficit pluviométrique ont entraîné des conséquences sur toutes les productions.
LA FERTILISATION DES SOLS TOUJOURS À L’ÉTUDE
Le GIEE AgroFerti 36, porté par le GDA Buzançais-Levroux et soutenu par la chambre d’agriculture de l’Indre, travaille depuis 2019 sur le sol et sa fe
AU PLUS PRÈS DES EXPLOITANTS
Présente sur l’ensemble du département et de la région, Axéréal maille également le territoire castelroussin de part en part, employant une soixantain
Des essais plutôt concluants, mais attention à la montée en graines
 Dans une parcelle de Julien Renard, céréalier à Brion, la chambre d’agriculture de l’Indre a réalisé des essais sur les couverts d’interculture.
Couverts : l’implantation à la volée à l’essai
La chambre d’agriculture de l’Indre a réalisé un essai sur les couverts dans une parcelle de Julien Renard, céréalier à Brion.
Publicité