Aller au contenu principal

Séchage en grange
Un investissement doublement rentable

Damien Bouchet a investi dans un hangar de séchage de fourrage équipé de panneaux thermovoltaïques en 2017. Il revend l’électricité produite par les panneaux et récupère la chaleur pour sécher son fourrage. Depuis, il estime que l’exploitation a atteint son autonomie alimentaire à 90 %.

A la tête d’un troupeau de 250 chèvres et d’une surface de 270 ha dont 90 irrigués, Damien Bouchet et son associé cherchaient la meilleure manière de produire de la luzerne de qualité. Ils souhaitaient s’affranchir de l’achat de luzerne déshydratée nécessaire à l’alimentation des caprins, sans pénaliser leur niveau de production. Ils ont fait construire un hangar permettant de sécher jusqu’à 300 tonnes de luzerne par an grâce à la chaleur produite par les panneaux solaires disposés sur sa toiture. « L’idée a germé en 2014. Il nous a fallu 3 années entre le début de la réflexion du projet et la mise en service de l’installation », confie l’éleveur de Blanzay (86).

Que des avantages

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

« La rampe avec enrouleur valorise mieux l'eau que le canon »

En s’équipant de trois rampes traînées pour remplacer ses canons, Sébastien Pichard, agriculteur en Eure-et-Loir, a amélioré l’efficacité de l’irri

Offre variétale 2024/2025 : complémentarité entre tolérance et productivité

De nouvelles variétés de blés et d’orges entrent au catalogue d’Axéréal pour la prochaine campagne.

Explications sur la dérogation cas de force majeure

La reconnaissance du cas de force majeure pour les cultures de début de printemps va permettre que toutes les parcelles soient primables, mêmes cel

Comment déclarer les accidents de culture ?

Les accidents de cultures de plus de 10 ares doivent être signalés.

« Gagner en agilité, en réactivité sur le terrain et coller à ses attentes »

Telle est la retombée concrète de l’organisation en région pour les adhérents de la coopérative Axéréal, souligne Jean-Etienne Reignoux qui préside

Gestion des adventices : multiplier les leviers pour plus d’efficacité

Impliqué dès le départ dans la co-conception des systèmes de culture mis en place sur la plateforme Syppre Berry, Matthieu Jeanneau fait également

Publicité