Aller au contenu principal

Apiculture
Un travail en symbiose entre apiculteur et agriculteurs

 Hervé Oizon, apiculteur récoltant basé à Prissac, collabore avec de nombreux agriculteurs de l’Indre mais aussi les départements riverains. Son objectif est de pouvoir transhumer ses ruches sur différents sites en fonction des cultures implantées. Une manœuvre impossible sans le soutien des agriculteurs volontaires.

Hervé Oizon a débuté son aventure dans le domaine apicole en 2010. « J’étais alors en double activité. Mon ancien emploi dans l’industrie, entre Nantes et Paris, et mes ruches ici à Prissac », rapporte-t-il. Epuisé par les trajets, par la gestion à distance de ses ruchers soignés 3 jours/ semaine par un saisonnier, « j’étais sur place du mercredi soir au dimanche soir. Pour ce faire,j’avais étalonné mes congés sur l’année pour pouvoir travailler sur les ruches, extraire le miel... Une organisation contraignante à terme », se souvient-il. Piqué par la passion de l’apiculture, il décide de s’y consacrer à 100 % en 2017. 

 

Transhumer passe par le dialogue

Aujourd’hui, il a 700 ruches. « Mon idée est d’augmenter le cheptel, pour pouvoir en hiverner 800-900. » Il est épaulé par deux saisonniers, de février à octobre, pour la préparation des ruches, la surveillance des ruchers, la transhumance, la mise en pot du miel, la préparation des commandes...

Hervé transhume ainsi la majorité de ses ruches entre mars et août. Une partie d’entre elles restent fixes sur des emplacements stratégiques, que ce soit pour la production de miel ou l’élevage de reines. « La transhumance est une nécessité pour que les abeilles aient de quoi manger toute l’année. Si elles ont un apport de nourriture suffisant autour de la ruche, les colonies seront plus résistantes, moins sujettes aux problèmes sanitaires et j’aurais moins de mortalité », précise l’apiculteur.

Pour assurer la pérennité de ses abeilles et une production de miel intéressante, Hervé passe du temps à parcourir les campagnes à la recherche d’emplacements adéquats pour de futures miellées. Sa quête le conduit dans l’Indre, la Vienne, la Haute Vienne et l’Indre-et-Loire.

Lorsqu’il repère un site intéressant, il contacte l’agriculteur. S’engagent ainsi de longs échanges sur la complémentarité de leurs activités. « Il faut que je connaisse son ressenti sur le fait d’accueillir des ruches sur telle ou telle parcelle. Dans 40 % des cas, on doit déminer le terrain, mettre fin aux préjugés, aux "on dit" dont nous sommes régulièrement victimes. A force de dialogue, en expliquant notre travail, des barrières tombent », souligne l’apiculteur.

De fil en aiguille, il a ainsi maillé une partie du territoire, pour installer ses ruches, au moment opportun. « En discutant avec les uns et les autres, on m’informe que tel voisin a le projet d’implanter du colza, du trèfle incarnat, du tournesol, ou toute autre culture intéressante pour la production de miel. Il est primordial que je sache à l’avance les cultures à venir, pour être réactif, m’organiser dans la mise en place des ruches avant le début des floraisons. C’est comme ça que les partenariats entre les agriculteurs et les apiculteurs se créent. » 


Une prise de conscience du monde agricole

A travers ces échanges, les deux parties déterminent l’emplacement des ruches, en fonction de l’exposition au vent, son accessibilité en pick-up… Ils vérifient que l’installation ne gène pas l’exploitant dans ses manœuvres. L’apiculteur note qu’aujourd’hui, « il y a une prise de conscience de l’importance des ruches sur une parcelle, sur l’impact qu’elles ont sur une culture ».

La notion de préservation de la biodiversité, le positionnement des agriculteurs sur leurs méthodes de travail ont aussi évolué. « On avance dans le même sens, c’est très positif. » Au quotidien lors de ses tournées de vérification des ruchers, Hervé croise régulièrement les agriculteurs avec lesquels il travaille. Tous s’inquiètent de la santé des ruchers, savoir si les abeilles ont de quoi vivre et produire du miel. 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

ÉLEVEUSE, LE PROJET D'UNE VIE POUR LUCIE
Réussir à atteindre ses objectifs professionnels n'est pas chose facile.
La laine en quête de prix rémunérateurs
Considérée comme sous-produit de l'élevage ovin, la laine a rarement été autant méprisée par le marché qu'actuellement.
De nouveaux apporteurs et une nouvelle porcherie
Une modernisation de l’outil est prévue dans les prochains mois, grâce au plan de relance ouvert aux abattoirs.
RECOLTE D HERBE : Une deuxième coupe plus que rassurante
Dans le département dans tous les secteurs, la récolte de la deuxième coupe d’herbe se termine. Les premiers résultats sont très positifs.
Cap sur les « Bordes 2025 » le 8 juin
Sécuriser son système fourrager dans le contexte de changement climatique, tel est le thème du projet Bordes 2025.
Vers une période de vêlages plus sereine au Prieuré
Anthony Penin, éleveur à Saint-Denis-de-Jouhet, va pouvoir tester dès la fin août son premier système de détection des vêlages.
Publicité