Aller au contenu principal

Prestation
Une offre promotionnelle jusqu’à fin juin 2019

Jean-Pierre Nicolet, référent Mes M@rchés pour la chambre d’agriculture de l’Indre, indique qu’une remise de 15 % sera accordé à tout nouvel abonné au service d’ici fin juin prochain au plus tard.  

“  Mes M@rchés » est un outil de gestion qui contribue à mieux maîtriser la variabilité de ses revenus estime le conseiller de la chambre d’agriculture.

Quels sont les objectifs de « Mes M@rchés » ?
Jean-Pierre Nicolet :
« Mes M@rchés » est un réseau interdépartemental des chambres  d’agriculture qui travaille sur les marchés et la commercialisation des grandes cultures. Il vise à informer, former et conseiller les producteurs afin de leur donner des clés pour vendre ou acheter. C’est un outil de gestion qui contribue à mieux maîtriser la variabilité de ses revenus.

A qui s’adresse ce service ?  
J. P. N.
: Aux céréaliers vendeurs de céréales – oléagineux et protéagineux (sauf bio) et aux éleveurs acheteurs de céréales – soja – tourteaux. Contrairement à une idée reçue, ce service n’est pas réservé aux agriculteurs qui pratiquent le marché à terme.

Concrètement quelles sont les prestations proposées ?
J. P. N. :
Il existe deux offres, une pour les céréaliers et une pour les éleveurs. Deux niveaux d’accompagnement sont proposés.  Le premier dit « Conseil » correspond à l’envoi de bulletins d’information toutes les semaines et de bulletins de conseil au minimum tous les mois et l’accès à certaines fonctionnalités du site « Mes M@rchés ». Le second niveau « Conseil + » va plus loin en offrant à la fois un accès plus large sur le site et un accompagnement qui peut se faire soit sous forme individuel, soit en groupe.

Combien est facturé « Mes M@rchés » aux agriculteurs ?
J. P. N.
: Pour un céréalier, le « Conseil » coûte 505 €/an et  le « Conseil + » 970 €/an. Pour un éleveur, le premier niveau est facturé 250 €/an et le second 700 €/ an. Une remise de 15 % sur ces tarifs est accordée aux adhérents des groupes de développement. Les abonnements sont annuels et  débutent au premier janvier ; pour ceux entamés en cours d’année, le tarif est proratisé en fonction de la durée restante. Par ailleurs, actuellement et jusqu’à fin juin 2019, tout nouvel abonné bénéficiera de 15 % de remise.

Ces montants peuvent paraître élevés de premier abord. Avez-vous une idée des gains que les abonnés à ce service peuvent en tirer ?
J. P. N.
: Une étude du réseau menée sur 5 ans montre que les utilisateurs en tirent un gain moyen de l’ordre de 17 €/t sur leur vente de blé, soit environ 120 €/ha. En colza, ce gain est de 15 €/t. L’avantage de ce service réside dans l’expertise apportée par le réseau des chambres et les connaissances des conseillers de chaque département qui connaissent les acteurs locaux.

Comment s’abonner à « Mes M@rchés » ?
J. P. N.
: Tout simplement en contactant la chambre d’agriculture au 02 54 61 61 45

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Avant les récoltes, un nettoyage du silo s’impose
Avant de pouvoir stocker la prochaine récolte de céréales, un nettoyage efficace du silo est nécessaire.
ISABELLE LORRE DÉCLINE LE SAFRAN SOUS TOUTES SES FORMES
Au lieu-dit Cromay à Baraize chez Isabelle Lorre, le safran est roi.
Refaire de l'agronomie pour se défaire de la chimie
Pour sa quatrième édition, le rendez-vous technique Cultures à venir, organisé par la chambre d'agriculture fera un focus sur le désherbage mécanique.
L'impérieuse nécessité de revoir un système à bout de souffle
Dans le Boischaut nord, Jean-Francois Hirlay est, comme beaucoup de ses collègues, confronté à la problématique des adventices.
La populiculture se réinvente pour redorer son image
A l'heure du bilan du projet « Du peuplier pour l'avenir », le CRPF s'attelle à diffuser les bonnes pratiques de la populiculture, pour développer une
Publicité