Aller au contenu principal

Remplacement agricole
148 000 heures de remplacement et 740 salariés en 2018

 Réuni en assemblée générale le 11 juin, Service de remplacement Centre-Val de Loire, a dressé le bilan consolidé de l’année 2018. L’activité est en hausse régulière depuis 3 ans avec, pour certains départements (Indre notamment), une progression de près de 30 %.  

L’année 2018 traduit les efforts des Services de remplacement de la région Centre-Val de Loire en matière de fidélisation des utilisateurs et des salariés. Avec un volume de 148 000 heures de remplacement, réalisées chez plus de 1 030 agriculteurs, 2018 affiche encore une progression d’activité. Contrairement à 2017 qui affichait une explosion des demandes dans 1 seul département, cette année montre une progression généralisée dans tous les départements de la région et un meilleur équilibre des différents motifs. Cette activité a généré un chiffre d’affaire de 3 371 000 € et a concerné 740 salariés, pour 92  ETP, dont 32 en CDI (hors personnel administratif). Pour l’Indre, ce sont 3 865 jours soit 27 055 heures de remplacement chez 188 exploitants, sur les 321 adhérents au Service de remplacement.

L'INTERET DE L'EMPLOI PARTAGE

Le déploiement de l’emploi partagé, permettant la fidélisation des salariés, et des utilisateurs, participe pour l’essentiel de cette progression. La création de groupes locaux d’utilisateurs, autour d’un agent de remplacement dédié, et en cdi, remporte un vif succès. Depuis 2017, 6 groupes ont été créés, et 9 agents de remplacement ont été titularisés. Si le déploiement d’un groupe nécessite un accompagnement important en termes d’animation, les Services de remplacement peuvent compter sur la collaboration du syndicalisme majoritaire Fnsea/Ja pour le recrutement des agriculteurs, sur les chambres d’agriculture pour l’accompagnement en relation humaine, et sur le soutien du conseil régional Centre-Val de Loire, très engagé dans les processus de pérennisation des emplois. Après plus de 10 ans de déploiement de ce modèle, force est de constater qu’il est générateur de stabilité, de sécurité pour les exploitations, et de lien social ! Dans l’Indre, 5 groupes locaux d’utilisateurs, portés par le Service de remplacement, ont permis la titularisation en CDI de 5 agents de remplacement.

UNE EVOLUTION DES MISSIONS

Le remplacement reste très ancré dans les secteurs de l’élevage. Cependant, longtemps orienté vers l’élevage de ruminants (bovin et caprin pour notre région), les demandes tendent depuis quelques années à se diversifier. Ainsi, le milieu du cheval, les activités d’accueil à la ferme et les ateliers de transformation occupent de plus en plus les agents de remplacement. Les motifs tels que le congé ou la maternité, véritables avancées sociales pour les agriculteurs séduisent maintenant toutes les catégories d’exploitants et d’exploitantes agricoles. Enfin, les soutiens importants alloués par les partenaires du remplacement (Etat, Conseil régional, MSA, Groupama, chambres d’agricultures, crédit agricole, certains conseils départementaux) rendent le service très accessible et offre un large champ de possibilités d’accompagnement. En 2018, plus de 1 650 000 e ont été redistribué aux agriculteurs et agricultrices via le remplacement agricole. Derrière chaque remplacement, il y a un salarié. et demain ? Comme évoqué, la nature des demandes de remplacement évolue, comme le monde agricole. Les services de remplacement doivent s’adapter et faire évoluer leurs compétences. Cela induit trois grands enjeux :

• Le  recrutement  et  la  formation des agents ;

• Le  conseil  des  utilisateurs  (droit du travail, management, organisation du travail…) ;

• La gouvernance des services ; Dans un contexte de marché du travail tendu et très concurrentiel, le recrutement et la formation représente un véritable challenge. Concernant le conseil, l’équipe en charge de l’animation et de la gestion de services, composée de 11 personnes, travaille régulièrement à l’amélioration du service et des procédures. Elle bénéficie qui plus est d’un large soutien, technique et méthodologique des partenaires institutionnels (FNSEA, JA, chambre d’agriculture, MSA).

Quant à la gouvernance, l’engagement et le renouvellement des élus est un travail quotidien et collégial, élus et administratif, services de remplacement et partenaires. 

 

Pour plus de renseignement, contacter le Service de remplacement de l’Indre au  02 54 07 09 53 ou sur www. sr36.onlc.fr

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Indemnités dégâts de sanglier : un galop d’essai pour les réduire
Sur  le  secteur  du  massif  cynégétique  14  en  pleine  Brenne,  un  protocole  de  régulation  du  sanglier  est  mis en place pour les prochains
Dérogation à la durée du temps de travail sous conditions
La FNSEA 36 a obtenu de la DREETS* une dérogation collective à la durée maximale de travail hebdomadaire. Les salariés mineurs ne sont pas concernés.
350 béliers attendus sur la butte de Saint-Benoît-du-Sault
Après une pause en 2020, la foire ovine de Saint-Benoît-du-Sault revient pour sa 40e  édition, le 4 août, dans une version édulcorée mais très attendu
Trois jours d’escapade en pleine Brenne
La randonnée de la Brenne renoue avec la tradition, pour sa 34e  édition.
L’aide à l’UBG remplace la prime à la vache
Les modalités de calcul de l’UGB vont changer à la faveur de la nouvelle Pac.
La Pac 2023-2027 se précise
Le 13 juillet, Julien Denormandie a expliqué un peu plus les éléments concrets de la future Pac. En  voici  les  points  principaux.
Publicité