Aller au contenu principal

Abattoir du Boischaut sud : Reprise d'activité effective depuis le 31 juillet

Après 9 mois de fermeture contrainte, l'abattoir du Boischaut sud a réouvert ses portes la semaine dernière. Les élus de la communauté de communes de La Châtre Ste Sévère, accompagnés par les services de l'Etat et soutenus par la profession ont réussi à franchir cette première étape. Les apporteurs sont invités à transformer l'essai.

Le 31 juillet au matin, l'abattoir du Boischaut sud a repris du service. Pour ce démarrage, les responsables s'étaient fixé un objectif maximum de 15 bovins. Ce sont 11 qui, au final, ont été abattus, avec un bon rendu estiment les apporteurs. La pompe est donc désormais amorcée, et c'est au rythme d'une journée par semaine, dans un premier temps, que l'outil va fonctionner. Il faut effectivement laisser aux habitués un délai pour honorer les engagements pris avec d'autres abattoirs, avant de revenir à Lacs. Comme prévu, c'est la chaîne pour les bovins qui a d'abord été finalisée. Celle des porcins, puis celle des ovins vont suivre.

La filière très impliquée

Il aura fallu 9 mois pour boucler toutes les démarches nécessaires à cette réouverture. Aux côtés de la Communauté de communes de La Châtre Ste Sévère, détenteur de l'outil, qui a travaillé en étroite collaboration avec les services de l'Etat, les éleveurs ont montré une détermination sans faille. « Tous syndicats confon-dus, c'est ce qui a montré notre détermination. On a eu, dans les organisations professionnelles agricoles, tous les points d'appui qu'on pouvait avoir », souligne Arnaud Labesse. « Notre but depuis le début, c'est d'aider la communauté de communes dans ses démarches d'ouverture. On a évolué en terrain inconnu ».

Et ce soutien ne s'arrête pas là, puisque comme l'explique l'élu de la chambre d'agriculture, les acteurs de la filière (1) ont décidé de se fédérer en association « Collectif filière viande du pays de La Châtre en Berry », histoire de donner de la légitimité à leur travail informel. L'assemblée générale constitutive s'est déroulée le 2 août dernier avec des objectifs très clairs : « Fédérer des acteurs de la filière viande autour de l'abattoir du Boischaut sud ; structurer un réseau d'éleveurs pour porter des projets de valorisation des produits locaux et développer des partenariats avec les collectivi-tés et les distributeurs », énumère l'éleveur de Chassignolles, par ailleurs tout nouveau secrétaire de cette nouvelle structure. Avec Ludovic Breuillaut (président), Maxime Pion (vice-président), Marc Piot (trésorier), ils forment un quatuor qui s'est beaucoup investi, au nom du collectif, pour se pencher sur l'après ouverture.

Nouvelle grille tarifaire

Au rythme de plusieurs réunions par semaine, ils se sont notamment immergés dans les données économiques de l'abattoir avec l'appui du CER Indre, un domaine totalement nouveau pour eux. D'autant que, même si les responsables des abattoirs d'Ussel (Corrèze) et de St Amand-Montrond (Cher) ont été d'un précieux appui durant les 9 mois de fermeture et en vue de la réouverture, la situation de leurs outils n'est pas transposable à celui du Boischaut sud. « Par exemple, chaque abattoir a ses propres exigences imposées par la conception de la chaîne d'abattage, au niveau des effectifs de personnel », illustre Arnaud Labesse. Au terme de nombreuses discussions, un barème de tarifs, en adéquation avec la réalité économique, a été établi. Il sera exposé aux apporteurs, avec le règlement intérieur de l'abattoir, lors d'une réunion à laquelle ils sont conviés très prochainement. « L'étape la plus dure a été faite, estime Arnaud Labesse, mais la partie n'est pas gagnée. » Pour remporter le morceau, il faut obtenir l'adhésion des apporteurs ; l'avenir de l'abattoir du Boischaut sud est désormais en grande partie dans leurs mains. 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité