Aller au contenu principal

Abreuvement : le changement climatique modifie la donne

Comment fournir une eau en quantité et de qualité aux animaux avec des périodes de sécheresse et de chaleur de plus en plus récurrentes ? Une question qui préoccupe nombre d’éleveurs à un moment où la ressource en eau est à préserver.

Pour sécuriser un abreuvement, il faut une eau en quantité et de qualité. C’est particulièrement vrai en cas de fortes chaleurs et de sécheresses. L’animal doit pouvoir s’hydrater suffisamment et avec une eau indemne de souillure. « Le bovin ne doit pas hésiter devant l’abreuvoir. Une eau de mauvaise qualité peut être une cause de mal être de l’animal ou même induire des maladies », a rappelé Fanny Houerie, du GDS Centre, lors de la journée régionale bovine, le 28 septembre. Une vache allaitante avec son veau consomme en moyenne 80 litres par jour. Cette quantité varie selon la race, le stade physiologique, l’alimentation, l’odeur et le goût de l’eau, mais aussi de l’environnement. En bâtiment, les conseillers du GDS comptent un abreuvoir pour quinze vaches. Ce dernier doit être bien positionné, éloigné de l’aire de couchage et à niveau constant. Au pré, la distance entre la zone de pâturage et l’abreuvoir ne doit pas dépasser 200 m ; au-dessus, la vache n’ira pas boire.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Introduire des cultures d’été pour un effet de rupture

La gestion des adventices est un des axes de travail de la plateforme Syppre Berry.

« L’agriculture, notre flamme, votre futur »

Depuis le 1er mars, les Jeunes agriculteurs de l’Indre avec le soutien  du Conseil départemental de l’Indre, diffusent sur les réseaux sociaux

Les plateformes Syppre, par et pour les agriculteurs

 Le dispositif expérimental Syppre, via ses cinq plateformes en France, accompagne les agriculteurs vers de nouveaux systèmes de production, t

Communiquer autour de l’élevage porcin pour contrer les aprioris

Samedi 18 mai, Philippe van den Broek a ouvert les portes de son exploitation.

L’arum, une plante singulière

De grandes feuilles vertes, visibles au cœur de l’hiver, une fleur et des fruits pas ordinaires, des surnoms qui ne le sont pas moins et, pour fini

Les pluies perturbent une fois de plus les semis

Après les cultures d’hiver malmenées par les intempéries, l’espoir s’était cristallisé sur les semis de cultures d’été.

Publicité