Aller au contenu principal

Dossier ETA
ADAPTER SES MACHINES AUX CHANTIERS DES CLIENTS

Afin de rentabiliser ses chantiers, Matthieu Duplaix a modifié une de ses machines agricoles pour lui donner deux fonctions : le fauchage et l’andainage. Une spécificité qui lui permet de ne pas répercuter la hausse des charges sur le prix de ses prestations.

Eleveur de vache laitière, céréalier et producteur de cultures portes graines, Matthieu Duplaix, a créé son entreprise de travaux agricoles (ETA) en 2017. Ce passionné de mécanique développe son activité de fauche et d’andainage en adaptant une machine afi n qu’elle réunisse les deux fonctions.

UNE MACHINE 2 EN 1

En partant d’une ensileuse, Matthieu Duplaix a souhaité approfondir son activité de fauchage andainage. « On a la particularité d’avoir transformé une ensileuse afin qu’elle ait deux fonctions : la fauche et l’andainage. J’ai modifié la base automotrice et ajouté d’un groupe de fauche à l’avant pour faire du fourrage. J’ai également élargi les canaux permettant ainsi de produire des andains très aérés pour un séchage optimal », détaille l’entrepreneur. Il a également choisi d’accroitre la puissance de la coupe. A ce titre, il a installé un groupe hydraulique complet, conçu sur mesure permettant ainsi une coupe 3,5 fois plus puissante. « Je suis passionné de mécanique et j’adapte le matériel aux différents chantiers et à toutes leurs complexités », explique-t-il.

L’INTÉRÊT DE LA PRÉ-FAUCHE

« La pré-fauche est un chantier rentable pour les agriculteurs. Pré-faucher avant maturité permet d’homogénéiser la récolte et gagner en qualité », note Matthieu Duplaix avant d’ajouter : « C’est un passage en plus et donc des coûts en plus, mais on s’y retrouve vite ». En effet, la pré-fauche permet d’avoir une récolte de qualité évitant les impuretés et de l’humidité dans la récolte. De plus, ce système permet de réduire les coûts de séchage.« Tout s’andaine. Ainsi, du côté des céréales, l’andainage permet de conserver le PS de la culture. Même s’il pleut sur l’andain de La faucheuse-andaineuse de l’ETA Duplaix permet de rentabiliser et réduire le nombre de passages dans les champs. blé, la qualité est préservée alors qu’elle pourrait être endommagée sur un blé debout », explique l’entrepreneur.  L’ETA Duplaix s’est également diversifiée et développée en intervenant également sur les cultures porte-graine. « On s’étend maintenant au sarrazin, au millet et aux cultures bio, à qui la pré-fauche est indispensable surtout s’il y a de l’herbe dans la culture », ajoute-t-il. 

PAS DE HAUSSE DES PRIX DE PRESTATIONS

Malgré la hausse des charges, notamment de carburant, l’ETA Duplaix n’a pas augmenté ses tarifs. « La concurrence est de plus en plus importante, on est obligé de s’aligner sur les prix du marché », relate l’entrepreneur. Aujourd’hui, à 65 €/ha pour le fauchage andainage et 40 € pour le fauchage de fourrage, les prestations de l’ETA se distinguent de ses homologues d’une autre manière. « On essaie de faire la différence par la qualité de notre travail, par l’utilisation de machine avec un plus gros débit mais aussi par notre expérience et nos spécialisations. Je suis toujours à la recherche de plus de performance grâce à mon expérience », conclut Matthieu Duplaix.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides PAC, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

Accident du travail : sensibiliser pour éviter le danger

Quatre étudiants du BTS APV ont organisé une conférence à l’EPLEFPA Naturapolis sur les thèmes des risques en agriculture.

DES CLÔTURES PERMANENTES POUR GAGNER DU TEMPS

Alexandre Carrion, éleveur charolais à Briantes dans l’Indre, a accueilli la journée porte ouverte clôture sur son exploitation.

PÂTURAGE EN ÉTOILE : DIX PADDOCKS POUR PLUS DE SOUPLESSE

Pour le pâturage de ses vaches suitées, Aurélien Gout a opté pour un pâturage tournant découpé en étoile.

Publicité