Aller au contenu principal

Agriculture de conservation, un retour aux sources

Vendredi 29 novembre, Jean-François Feignon et son frère Régis, éleveur à Rivarennes et Thenay avaient convié le député François Jolivet pour un échange autour de l’agriculture de conservation et de l’utilisation du désherbage chimique.

Pour les deux éleveurs, l’usage de la chimie peut être réduite grâce à des procédés agronomiques comme ceux prônés par l’agriculture de conservation. Cependant, une interdiction pure et simple de l’utilisation d’un produit tel que le glyphosate est considérée par les deux agriculteurs comme une hérésie. « Interdire, un produit comme celui-ci est une idiotie, insiste Jean-François. Il existe des molécules beaucoup plus dangereuses utilisées régulièrement dans d’autres productions. Nous avons fait le choix de pratiquer une agriculture durable et saine en appliquant des principes agronomiques pour le maintien de nos sols, mais la chimie est parfois indispensable, d’autant plus que la rémanence de ce type de produit est très faible. »

L’agriculture de conservation implique de posséder des connaissances élaborées dans le fonctionnement du sol et dans les cycles culturaux. Car c’est en conservant un sol vivant que l’on assure le développement de la plante.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité