Aller au contenu principal

Alimenter son cheptel porcin, une obsession quotidienne

Bien que le cours du porc soit relativement élevé actuellement, la hausse des charges plombe la trésorerie des exploitations spécialisées. Les cours des matières premières agricoles et de l’énergie préoccupent les éleveurs. Témoignage de l’un d’entre eux.

Vignette

D’après l’étude technicoéconomique des élevages porcins tourangeaux, l’alimentation représente 69 % du coût de revient d’un kilo de viande. C’est approximativement ce ratio relevé au sein du Gaec de la famille Raguin, à Draché (37). L’envolée des cours des céréales de ces derniers mois engendre donc inévitablement des hausses de coûts de production importants. Au-delà de cette flambée inédite des céréales, les protéines végétales (soja, tournesol, etc.) ont elles aussi augmenté de manière significative. Gros consommateurs de tourteaux de soja (environ 20 % de la ration), les éleveurs porcins achètent aujourd’hui la tonne 550 euros. C’était 365 euros en début d’année passée. Cette flambée des prix impacte directement la trésorerie des exploitations. 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité