Aller au contenu principal

Magasin de producteurs
Au goût fermier : l’antre du bien manger

Le magasin, crée en 2008, attire de très nombreux clients à la recherche de produits de qualité dont la provenance est assurée. Il offre du travail à dix personnes et génère sûrement de nombreux emplois induits.

Ils ne font pas de publicité. Pas besoin. La réputation solidement établie des lieux et le bouche à oreille suffisent à attirer plus de deux cents clients par jour. En dehors des périodes de fêtes bien entendu. Parce que là « ça carbure carrément » comme dit Bertrand Vivier, l’un des fondateurs au Poinçonnet, du magasin « Au goût fermier ».

Son ouverture remonte à 2008. Elle résultait de l’association en SARL de quatre producteurs de l’Indre qui voulaient proposer de bonnes viandes, de bons produits laitiers, de bons fruits et légumes dont la provenance est garantie. Tout comme l’absence d’OGM dans la nourriture animale, de colorants et de conservateurs dans la charcuterie.

Au départ, quatre professionnels, tous dans un secteur propre mais également tous producteurs de viande limousine, qui voulaient s’unir pour écouler plus facilement le fruit de leur travail : Gilles et Véronique Patraud, de la ferme « Le pré caillet » à Saint-Plantaire pour des volailles ; Sébastien et Odile Floury, de « La grande lande » à Gargilesse pour des fromages de chèvre ; Mathieu Thoonsen de « Bois Bertrand » à Montchevrier pour des porcs et Bertrand Vivier, du domaine « Le portail » à Montgivray pour des pommes de terre crues en filets, cuites ou prêtes à l’être sous vide.

Seul des quatre à ne pas faire aussi les marchés, Bertrand Vivier rappelle l’histoire de cet antre du bon goût et du bien manger. « Nous cherchions un lieu de vente à proximité d’une grande ville. Nous avions des produits authentiques et nous voulions nous démarquer avec leur qualité. Aux nôtres respectifs, nous avons ajouté ceux de professionnels auxquels nous avons rendu visite pour les voir travailler. »

TRENTE PRODUCTEURS

« C’est le cas, précise Jerôme Fouchet, responsable du magasin depuis 2011, arrivé dans les lieux dès l’ouverture, de MM. Maréchal de Montchevrier et Huguet de Bouesse, les deux principaux de nos sept fournisseurs en viande de veau. »

Il poursuit : « Les agneaux, en majorité, viennent de chez M. Burlinsky de Mers-sur-Indre. Les lapins de chez M. Condy de Thévet-Saint-Julien. Les canards gras, magrets et foies gras arrivent de chez M. Cotte de Blond dans la Haute-Vienne. Les fromages de vache sont fabriqués chez M. Robin de Montgivray. Les yaourts, le lait et la crèmerie bio viennent de chez M. Guenin de Buxières-d’Aillac. Les escargots de chez M. Loriot de Crevant. Le miel de chez M. Pornet de Mers-sur-Indre. Les soupes, piments et aromates bio de chez M. Lelan de Neuillay-lesbois. Les sauces tomates et ratatouilles bio de chez M. Leblanc d’Arpheuilles. Les fraises et confitures de chez M. Barreau de Luant. Les légumes bio arrivent de chez M. Chauveau à Neuvy-Pailloux. Les glaces fermières de chez M. Koumans de Clion. Les lentilles et farines sont produites chez M. Chauveau à Fontenay. Les vins de Touraine arrivent de chez M. Biet, le Valençay de chez M. Jourdain, le Reuilly de chez M. Mabillot et le Chateaumeillant de chez M. Joffre. Les oeufs viennent de chez M. Robert de Charnizay dans l’Indre-et-Loire. Les pommes, poires et jus de pommes de chez M. Aujay de Nouzerolles dans la Creuse. L’huile de colza de chez M. Moreau de Diors et les apéritifs de chez M. Bonnargent de Chasseneuil. »

Jerôme Fouchet, boucher de formation, et Bertrand Vivier, l’un des quatre gérants affinent : « Nous traitons deux bovins par semaine, trois veaux par quinzaine, cinq à six agneaux et neuf porcs par semaine. »

L’affaire, on l’aura compris, marche bien. Elle assure un emploi pour cinq bouchers, deux vendeuses et trois apprentis formés sur le tas. Et c’est sans compter les personnels des exploitations citées qui n’auraient sans doute pas les mêmes statuts si leurs employeurs n’avaient pas l’assurance de leurs débouchés.

Le magasin « Au goût fermier », situé au 54 avenue de la Forêt au Poinçonnet est fermé le lundi et ouvert du mardi au samedi de 9h à 13h et de 15h à 19h. Le dimanche, il est ouvert de 9h à 12h30. Pour tout renseignement, téléphoner au 02.54.07.26.51.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Réduire les maladies respiratoires, un levier pour la filière
La préparation sanitaire des broutards à la vente est un enjeu pour la filière viande bovine qui s’est emparée de la question.
« L’objectif de la loi est de sauver les entreprises en difficulté »
« Il faut toujours chercher à régler le problème en son entier », c’est l’un des principes appliqués par Fanny Chenot, magistrate, lors des procédures
Lourdes difficultés financières : le rôle protecteur du tribunal
Les procédures judiciaires de règlement amiable, sauvegarde, redressement judiciaire gérées au tribunal sont conçues pour protéger les entreprises en
Un crédit d’impôt en échange de l’arrêt du glyphosate
Un crédit d’impôt de 2 500 € pour 2021 et 2022 est en cours de validation au profit de ceux qui arrêteront d’utiliser le glyphosate.
CLÉMENT CARTERON, INVESTI POUR SON CANTON
Céréalier à Neuvy-Pailloux et Condé, Clément Carteron revêt plusieurs casquettes du haut de ses 23 ans : président de canton JA, président du club loc
Les burgers du « Mirabelle » valorisent les produits locaux
La crise de la Covid-19 n'aura pas eu raison de la détermination de Cyril et Brigitte Zucchi, restaurateurs à Pruniers.
Publicité