Aller au contenu principal

ALIMENTATION ANIMALE
Avec le 100 % bio, un débouché se ferme pour les protéagineux

La règlementation sur les aliments en élevages bio va évoluer au début de l'année prochaine. Toutes les matières premières qui composent les rations animales devront être produites sous l'appellation AB. Une évolution qui n'est pas sans conséquences pour la filière protéagineuse.

A partir du 1er janvier 2022, l'alimentation animale en agriculture biologique devra être d'origine 100 % bio. Une exception sera faite pour les jeunes animaux pour lesquels la règlementation ne rentrera en vigueur que le 31 décembre 2026. Cela concernera notamment les porcs de moins de 35 kg et les volailles qui n'ont pas atteint la maturité sexuelle, sachant que cette définition est toujours en discussion en France. Actuellement, il est encore possible de distribuer des aliments composés avec 5 % de produits conventionnels.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité