Aller au contenu principal

Axéréal : alloter pour s’adapter aux exigences des clients

Presque la totalité des producteurs de céréales livrent leur récolte à un organisme stockeur (OS), que ce soit à la moisson ou durant le reste de l’année. Mais une fois déchargée au silo, que devient cette récolte ? L’Aurore paysanne a échangé avec le premier vice-président de la coopérative Axéréal.

Bruno Bouvat-Martin, premier vice-président d’Axéréal, précise que, bon an mal an, 50 % de la récolte française de blé sont exportés. Ces 50 % sont donc directement livrés au port, principalement Rouen et la Palice pour la région Centre-Val de Loire. Les 50 % restants sont transformés. « Nous avons des clients très diversifiés, explique-t-il. Et nous devons sans cesse mettre en adéquation la qualité de nos lots de grains avec la demande de nos clients. » Autrement dit, les exigences de qualité ne seront pas les mêmes s’il s’agit d’un meunier, d’un fabricant d’aliments ou d’un amidonnier.  Sur l’aspect alimentation du bétail, Axéréal livre bien entendu sa filiale Axéréal Elevage, mais également, entre autres, certains ateliers de transformation bretons. « Ce sont des trains complets qui quittent l’un de nos trente-six silos reliés au rail », précise Bruno Bouvat-Martin. Ils font partie des deux milles trains chargés en moyenne chaque année par le groupe.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Un nouveau chapitre s’ouvre à la ferme expérimentale des Bordes

Co-portée par Arvalis et par le réseau des chambres d’agriculture de l’Indre, du Cher, de la Creuse et de la Haute-Vienne, la ferme expérimentale d

BIEN-ÊTRE DU TROUPEAU ET CONFORT DE TRAVAIL COMME CRITÈRES D’AMÉNAGEMENT

Au moment de construire une nouvelle stabulation, Julien Besnard, éleveur bovin allaitant, a privilégié le confort du troupeau et les conditions de

UNE NOUVELLE BERGERIE POUR DES CONDITIONS DE TRAVAIL AMÉLIORÉES

Le Gaec Dubus Derville, en élevage bovin et ovin à Chaillac, utilise sa nouvelle bergerie de 250 places depuis un an.

S’immerger dans les musées de Centre-Val de Loire

A Chatillon-sur-Indre, un musée s’est installé dans l’ancienne prison du château.

Une soirée consacrée à la transmission et à la reprise d’entreprise

 Les chambres d’agriculture, du commerce et de l’industrie et des métiers et de l’artisanat organisent une soirée dédiée à la transmission-reprise

UN PROGRAMME ET QUATRE DISPOSITIFS D’AIDES AUX INVESTISSEMENTS

Depuis quelques mois, les investissements de modernisation des exploitations peuvent être financés par le SIAP.

Publicité