Aller au contenu principal

PRATIQUES CULTURALES
Comment gagner du temps en maraîchage

Lors de la journée consacrée au maraîchage bio à Saint-Georges-sur-Arnon, Léa Nisole, conseillère maraîchage de la chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire, a présenté plusieurs pratiques culturales visant à améliorer le quotidien des producteurs.

Les légumes bio sont très prisés des consommateurs, mais pour pouvoir vendre ses produits, le maraîcher doit préserver sa production et proposer des fruits et légumes qui répondent aux attentes de sa clientèle.

Une réflexion doit donc s'engager dans le choix de ses cultures. « Dans son choix des espèces, il faut veiller à proposer une gamme assez large de produits, précise Léa Nisole, conseillère maraîchage à la chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire. Il faut pouvoir disposer de quatre types de fruits et légumes ; des légumes de base, comme la salade, les radis ou les oignons, consommés couramment et des articles de complément comme les épinards ou le concombre que l'on développe au fil des années. Des produits d'appel, la fraise, l'asperge, le melon qui permettent de relancer la consommation et puis des légumes primeurs conduits sous tunnel, qui apportent une plus-value supplémentaire. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Limiter la flambée des prix avec les achats groupés de la FDSEA
Le service de commande groupée de fioul proposé aux adhérents FDSEA et JA permet de réduire le montant des factures.
Contrats, indicateurs de prix, délais : éleveurs, à vous de proposer vos conditions !
La loi Besson-Moreau généralise la contractualisation écrite pluriannuelle de 3 ans minimum pour toute vente entre le producteur de viande bovine et c
Noël en Berry, entre rites et légendes
Loin de la course effrénée de notre époque dans les boutiques en quête des cadeaux tant attendus, loin de l'abondance des plats sur les tables… le Noë
QUELLE FORÊT POUR LE FUTUR ?
Comment préserver les massifs forestiers face au réchauffement climatique ?
Contention ovine : découverte d'un parc fixe indoor
Au quotidien, la manipulation des animaux à travers une contention mobile demande du temps et peut mobiliser de nombreuses personnes sur un élevage.
Publicité