Aller au contenu principal

Moissons 2019
Commercialiser sa production

L’interprofession céréalière estime qu’une péniche peut transporter l’équivalent de 125 camions et qu’elle pollue cinq fois moins à la tonne, que le transport routier

Selon les opérateurs, les acomptes à la récolte vont de 145 à 155 €/t en blé tendre. Face à un marché volatil des céréales, chacun a sa stratégie, soit la vente directe au silo, soit le stockage ou encore la mise en place de contrats avec les coopératives ou négoces. Nicolas Pailloux, lui, a pris le parti de tout stocker « par praticité, ne pas avoir de contrainte horaire et faire la queue au silo. Mais aussi pour une question de plus-value, en commercialisant mes céréales en novembre ». Une stratégie lui donnant une marge de manoeuvre estime-t-il : « pour voir les variations du marché, trouver les débouchés les plus intéressants ». Pour l’heure, il calcule ses coûts de production pour connaître « le prix moyen de vente intéressant à obtenir. Mais ce n’est pas toujours facile compte tenu des variations des prix actuellement. »

Stockage aussi chez Florent Limousin, histoire d’étudier le marché avant de se positionner sans pour autant reproduire l’erreur de l’an passé. « J’ai attendu d’avoir des prix intéressants pour mes colzas. Résultat je les ai toujours en silo », rapporte-t-il. Pour ses autres cultures, les lentilles sont vendues directement à Cibèle, son tournesol est livré directement après récolte, son maïs est fourni « en partie à un éleveur » le reste est stocké.

Les Freignon stockent de moins en moins, en raison d’un manque de structure adaptée. Ils gardent une grande partie de leur production pour le bétail, le reste est vendu. « On en livre à Epi-Centre à Saint-Gaultier, où nous avons des contrats à 30 tonnes, on attend d’avoir atteint un seuil de prix pour déclencher la livraison/vente. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité