Aller au contenu principal

Conduire un élevage charolais bio inscrit au HBC

  Au cœur de la visite de son exploitation proposée par Bovins croissance, Alexandre Carrion a pu partager l’ensemble de sa conduite d’élevage. L’occasion d’entrevoir un système en conversion bio produisant de très bons résultats en charolais. 

Alexandre Carion est installé en exploitation individuelle depuis 2020. En système naisseur, il engraisse également les vaches de réforme et produit des reproducteurs. Soixante-cinq de ses vaches sont inscrites. « Dès l’installation, je voulais passer en bio car il y avait une valorisation financière à l’époque », explique-t-il. Il poursuit son activité avec la volonté d’avoir un système efficace en termes de temps, de travail et en limitant l’impact de l’exploitation sur l’environnement. « Je travaille également à l’amélioration de la génétique du troupeau et à sa valorisation en travaillant sur le potentiel laitier et sur le potentiel de croissance principalement », présente l’éleveur.

VALORISER LA GÉNÉTIQUE DU TROUPEAU

Dans une dynamique de jeune troupeau, Alexandre souhaite s’adapter à la pousse de l’herbe et a donc choisi de modifier sa période de vêlage afin de l’inscrire en d’automne. « Les poids de naissance sont maitrisés avec des mères qui expriment leur potentiel laitier. Les génisses suivent parfaitement la courbe de croissance des génisses sur la campagne 2022 », analyse Laura Barbonnais, conseillère bovin viande à la chambre d’agriculture de l’Indre. Les GMQ (gains moyens quotidiens) sont supérieurs en 2023 par rapport à 2022. L’éleveur recense une prise de 1087 g/j pour les 36 veaux mâles pesés, soit 58 g/j de plus que l’année précédente et une prise de 1015 g/j pour les veaux femelles soit 4 g/j de plus. « C’est une très bonne performance due à l ’expression d’un bon potentiel laitier jusqu’au poids âge type à 120 jours puis d’un excellent potentiel croissance au poids âge type 210 jours », décrit la conseillère.

VERS UNE AUTONOMIE FOURRAGÈRE

« Je travaille avec la volonté de valoriser au mieux le système fourrager dans une démarche d’autonomie alimentaire, de pâturage tournant et de la production d’un fourrage de qualité », ajoute Alexandre Carrion Sa consommation de concentrés très faible (723 kg/vêlages) et sa production de viande (367 kg/ UGB) témoignent de l’efficacité de son système. « Un point de vigilance doit notamment être apporté sur la quantité des stocks récoltés car j’ai été dans l’obligation d’acheter 45 tonnes de foin suite à de mauvais rendements (3 TMS/ha) en 2022 », déplore-t-il. Cependant, la maitrise de la génétique est ensuite bien valorisée par la qualité du système fourrager.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité