Aller au contenu principal

Contrôle des ravageurs : Tours de manège fatals aux corbeaux

Et pan sur l’apex… et PAN-PAN sur le bec. Quand le cauchemar du petit tournesol devient une tragédie de corneilles.

Entre l’apex et le bec, la course contre la montre est lan­cée de­puis les semis. L’apex s’élan­çant vers le ciel et le ciel pou­vant cou­per son essor en lui en­voyant un cor­vidé vo­race. Quand des di­zaines de cor­neilles et de cor­beaux freux af­fluent, c’est af­freux pour l’agri­cul­teur. Quant aux pe­tits tour­ne­sols et maïs, c’est « adieu la com­pa­gnie ! » Et c’est là qu’entre en scène le chas­seur. Un solo ou un duo pour com­battre à la lettre un cor­beau par na­ture ano­nyme. Chas­seurs, agri­cul­teurs, mal­gré les couacs ré­cur­rents des dé­gâts de gi­bier, savent se mettre au dia­pa­son. Avril c’est leur sai­son des amours et ils font couple pour clouer les becs des cor­vi­dés en sur­nombre quand le Tonne-fort ne dis­suade plus.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité