Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Conjoncture
Covid-19 : La filière volaille y laisse des plumes

La crise sanitaire Covid-19 avec la perte d’une partie des débouchés met en sérieux péril certaines productions à l’image celle des canards ; en poulets et dindes la casse semble plus limitée.

Globalement, le marché de la volaille a reculé d’environ 10 % depuis la mi-mars. Pour atténuer les pertes, une partie des volailles destinées à la restauration hors domicile a été reportée vers la grande distribution, cependant, « cela n’a pas suffi à compenser la chute au niveau national, que nous estimons à 5 % tous débouchés confondus pour le poulet et la dinde. Pour les poulets entiers, les filets de volailles, ça va à peu près.  Mais  c’est  pour  toutes  les petites filières pigeons, canards, pintades, cailles, etc., que la situation est catastrophique. D’autant qu’aux  lourdes  pertes  de  chiffre d’affaires, vont s’ajouter des vides sanitaires beaucoup plus importants entre les lots de volailles »,détaille Jean-Michel Schaeffer, président d’Anvol, l’interprofession de la volaille de chair.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

L'orchestre symphonique du Centre-Val de Loire continue à partager la musique
L’arrêt de la vie culturelle porte sérieusement préjudice au domaine culturel, qui espère refaire vivre nos salles et nos festivals au plus vite.
Une reprise en pente très douce
Depuis mis mars, les produits au lait de chèvre ont été durement impactés.
Prudence dans les abattoirs français
La contamination d'employés de deux abattoirs interpelle les industriels de l'agro-alimentaire qui souhaitent à tout prix éviter une situation comme c
Vigilance, le coronavirus est toujours là
A défaut de respecter les gestes barrières, chacun s’expose s’il croise une personne contaminée, au pire à  contracter le coronavirus, au mieux à devo
Drive solidaire 36 : et après ?
Que ce soit pour pallier la fermeture des marchés ouverts ou trouver des solutions pour rebondir et aider  l’agriculture locale à faire face à la cris
Un échange gagnant-gagnant
Depuis 2 ans, Julien Philippon échange son fumier contre des fourrages avec ses voisins céréaliers.
Publicité