Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Aides Pac caprine et ovine
Dernière échéance le 31 janvier

En 2019, les éleveurs ovins peuvent bénéficier d’une aide d’environ 21 €, plus 2 € pour les 500 premières brebis. Une majoration nouveau producteur d’environ 6 € par animal a été réintroduite. Pour les éleveurs caprins, l’aide unique est estimée à 16 €/tête.

Comme tous les ans, les éleveurs de chèvres et brebis devront faire leur demande d’aides PAC au plus tard le mercredi 31 janvier 2019 et ce, uniquement par télédéclaration. En 2019, il devrait y avoir une avance de 50 % de l’aide mi-octobre et le solde sera réglé début décembre.

 

Réintroduction de la majoration ‘Nouveau Producteur’

Pour avoir accès à l’aide ovine, il faut au moins 50 brebis et respecter un critère minimum de productivité de 0,5 agneau vendu/brebis/an en 2018. Si ce ratio est inférieur à 0,5 le nombre d’animaux éligibles est diminué en proportion jusqu’à ce qu’il soit respecté, sous réserve que ce nombre d’animaux éligibles soit supérieur à 50. Après dépôt de la demande, il est possible de remplacer au maximum 20 % de l'effectif engagé par des agnelles nées au plus tard le 31 décembre 2018. Les renouvellements (et non pas seulement les diminutions d’effectifs) doivent être signalés à la DDT au plus tard dans les 10 jours ouvrés (jours à l’exception des samedis, dimanches et jours fériés).

Alors que l’aide ovine 2018 était uniquement composée d’une aide de base, la FNO a obtenu de la Commission Européenne la réintroduction de la majoration ‘Nouveau Producteur’ pour construire une aide ovine plus forte et structurante. L’enveloppe globale est maintenue, en dehors du transfert du 1er au 2ème pilier. L’enveloppe n’est donc pas augmentée par la réintroduction des montants dédiés à la majoration ‘Nouveau Producteur’.

Sont considérés « nouveaux producteurs », les éleveurs qui exploite à titre individuel ou tous les associés dans le cas d’une EARL, SCEA ou GAEC, ayant débuté une activité d’élevage ovin depuis moins de trois ans, soit entre le 1er février 2016 et le 31 janvier 2019. Il faudra fournir la preuve du début d’activité en élevage ovin, attestation d’enregistrement auprès de l’EDE depuis moins de 3 ans par exemple, en pièce jointe de la demande d’aide sur Télépac.

Les premières estimations du ministère mettent en avant une aide de base unique pour 2019 d’environ 21 € et une majoration ‘Nouveau Producteur’ d’environ 6 €/animal éligible. A cela devrait s’ajouter les 2 € pour les 500 premières brebis.

 

Caprins : aide unique de 16 €

Pour l’aide caprine, il faut au minimum 25 chèvres éligibles, c’est-à-dire : correctement localisées et identifiées, qui, au plus tard le 11 mai 2019, ont mis bas au moins une fois. Cela peut être aussi une femelle âgée au moins d’un an et qui est maintenue sur l’élevage pendant la période de détention entre le 1er février et le 11 mai 2019 inclus. Comme pour l’aide ovine, après dépôt de la demande, il est possible de remplacer au maximum 20 % de l'effectif engagé par des chevrettes nées au plus tard le 31 décembre 2018. Les renouvellements doivent être signalés à la DDT au plus tard dans les 10 jours ouvrés.

En 2019, les éleveurs caprins peuvent prétendre à une aide unique d’environ 16 € par chèvre, plafonnée à 400 chèvres avec transparence GAEC.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Un travail en symbiose entre apiculteur et agriculteurs
 Hervé Oizon, apiculteur récoltant basé à Prissac, collabore avec de nombreux agriculteurs de l’Indre mais aussi les départements riverains.
Vignette
Une installation en terrain connu
 Dans le cadre de la 6ème édition de l’inauguration d’un jeune installé, organisée par les Jeunes agriculteurs de l’Indre, l’ensemble des acteurs inte
Vignette
Des luttes courtes pour garantir le renouvellement
Chez les ovins, les luttes s’étalent généralement sur trois cycles de reproduction, mais il est possible de les raccourcir.
Vignette
Le méteil en ovin, un bon compromis
Le méteil en élevage ovin peut être distribué sous différentes formes, mais il doit être adapté aux besoins des animaux en conservant la constante MAT
Vignette
Réussite du méteil : entre objectifs et itinéraire technique
Utiliser un aliment à faible coût de production et une bonne valeur alimentaire est le souhait de tout éleveur.
Vignette
Une équipe partiellement renouvelée
Quatre nouveaux administrateurs ont pris leurs fonctions à la Ferme expérimentale des Bordes.
Publicité