Aller au contenu principal

Derniers coups de pelles pour les haies de Naturapolis

C’est la concrétisation d’un projet pensé il y a presque trois ans. Le lycée Naturapolis de Châteauroux a planté des haies aux abords de la rocade et dans ses prairies. Une initiative aux vertus aussi agricoles que pédagogiques. Mercredi 16 mars sonnait la fin des plantations pour les élèves.

Les élèves de Naturapolis ont appris comment planter les arbustes. Douze variétés ont ainsi pris racine dans la parcelle du lycée agricole.

Tout est parti d’un simple constat : « on a remarqué que les vaches n’avaient pas assez d’ombre dans les champs », explique Jocelyn Brichet, directeur d’exploitation à Naturapolis. En 2019, il a donc initié le projet de replanter des haies autour de l’établissement et dans les parcelles. Avec le soutien du Pays Castelroussin, un programme a été établi pour orienter la plantation. Une botaniste a également conseillé le directeur d’exploitation sur le choix des espèces à planter en fonction du type de sol et des zones d’ombre voulues. Au total, ce sont deux kilomètres de haies qui émergeront autour du lycée et dans les prairies. « Il y en a deux types : des haies fruitières, qui pourront notamment servir en restauration, et des haies bocagères utiles au pâturage des vaches », détaille Jocelyn Brichet.

LA PÉDAGOGIE PAR LES HAIES

Ce projet était destiné aux élèves de 4e, 3e et 2nde. « La plupart des étudiants de ces promotions resteront dans le lycée encore quelques années ». Ils pourront donc voir l’évolution des haies qu’ils ont eux-mêmes plantées. Les apprenants du CFA de la filière aménagement paysager sont également impliqués dans ce projet.

Sur le plan pédagogique, ces plantations incitent les élèves à comprendre l’intérêt du projet et l’utilité des bouchures pour la faune et la flore. « Ils ont également appris comment planter une haie », ajoute le directeur d’exploitation, avant de poursuivre : « à Naturapolis, les arbustes sont plantés en deux rangées, disposés en quinconce et chaque plant est  séparé par une distance de 1,20 m ». Afin d’assurer la longévité des haies, les apprenants ont protégé les plants contre les nuisibles : par une protection biodégradable en carton pour les haies bocagères et en plastique, pour les arbres fruitiers. « On espère voir apparaître les premiers fruits dans deux ans », conclut le directeur d’exploitation.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

L'agriculture : star d'une expo photo
Entre Indre et Creuse, à proximité de Sainte-Sévère, l'agriculture est photogénique.
Les services de l’Etat sur le terrain
La DDT, la chambre d’agriculture et la MSA sont allées à la rencontre des agriculteurs sinistrés par les trois récents orages de grêle, le 19 juin, à
Le coup de grêle de trop !
Pour la troisième fois en un mois, la grêle a sévi dans le département.
Rendements hétérogènes et de qualité moyenne
 Les moissons battent leur plein depuis une dizaine de jours. Les orges, dont la récolte se termine, sont à la peine selon les secteurs.
Un pulvérisateur ultra-localisé en démo dans l'Indre
Après quatre ans de tests, le pulvérisateur Snipper est désormais en phase de commercialisation, rendant possible et concrète la pulvérisation ultra-l
La filière piscicole garde le cap
Le premier rendez-vous annuel de la filière piscicole du Centre-Val de Loire s'est tenu à Lureuil, le 10 juin.
Publicité