Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière bovine/
Des Chinois en visite à la Ferme des Bordes

Des représentants d’une entreprise de transformation de viande chinoise se sont déplacés pour visiter la ferme expérimentale des Bordes. Une belle reconnaissance pour l’établissement.

Le lundi 19 novembre, la ferme expérimentale des Bordes a reçu une délégation chinoise, venue se familiariser aux spécificités de la production bovine française. Organisée par les abattoirs Puigrenier, basés à Montluçon dans l’Allier, cette découverte d’un outil d’expérimentation s’est déroulée dans le cadre plus large d’une possible ouverture du marché chinois pour la viande bovine française. Représentant la société Kerchin, spécialisée dans la production et la transformation de viande dans le nord de la Chine, la quinzaine d’émissaires présents a visité les installations du site de Jeu-les- Bois, notamment son bâtiment d’engraissement. Ils se sont intéressés aux avancées technologiques dont il est doté, et les bénéfices qu’il pouvait apporter en engraissement de bovins. Mais ce sont surtout les animaux à faible poids de carcasse, produits sur l’exploitation qui ont attiré ces visiteurs lointains. « La ferme des Bordes faisait partie d’un parcours découverte de l’élevage en France, initié par les abattoirs Puigrenier avec lesquels nous travaillons régulièrement explique Nicolas Dagorn, ingénieur Arvalis Institut du végétal spécialisé bovin et fourrage à la ferme des Bordes. Ils sont restés une dizaine de jours en France pour découvrir nos différents modes d’élevage et les possibilités qui pouvait exister pour la création d’une nouvelle filière. Il se trouve que nous produisons des génisses sous contrat Moypark moins lourdes réservées à la production de steaks hachés. Ce type de d’animaux pourrait convenir au marché chinois, les abattoirs ont donc proposé notre site pour la visite. » Ce déplacement, même s’il ne se traduit pas de suite par la signature de contrats marchands, contribue à mettre en avant l’excellence de la production française et des efforts déployés par la profession pour sans cesse aller de l’avant.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Trois mois supplémentaires pour la remise aux normes
Thierry Bonnier, préfet de l’Indre, a prolongé l’arrêté de suspension d’activités signé par son prédécesseur.
Vignette
Le Galtois : un fromage qui porte bien son nom
La famille Piget transforme une partie du lait produit par ses soixante-quinze Prim’Holstein. Une activité plutôt rare dans le département.
Vignette
Plus de pédagogie pour les contrôles
Pour dédramatiser et éviter l’angoisse des agriculteurs lors des contrôles d’exploitation demandés par l’Union Européenne, la Fdsea organise des après
Vignette
Race limousine : 225 bêtes au concours interrégional
Ambiance grande étable et petit salon de l’agriculture sous la halle de la ville. Quarante-sept élevages et sept départements étaient représentés.
Vignette
117 communes reconnues en calamité sécheresse
Le Comité national de gestion des risques en agriculture a validé la demande de reconnaissance au titre des calamités agricoles déposée par le départe
Vignette
La réouverture espérée en février
Deux actions ont été menées lundi dernier. Le matin, les salariés ont découvert le travail des éleveurs.
Publicité