Aller au contenu principal

Des jeunes reproducteurs limousins vendus aux Hérolles

Le 20 septembre, le marché au cadran des Hérolles organisait une vente annuelle de reproducteurs limousins. Des animaux de très bonnes qualités y ont été vendus.

Après une vente bovine hebdomadaire record le lundi 18 septembre, le marché au cadran organisait sa traditionnelle vente de reproducteurs limousins en partenariat avec Selecviande, le 20 septembre. Pour cette sixième édition, 19 jeunes reproducteurs étaient mis en vente. « Même si notre vocation première est de mieux valoriser notre production, l’amélioration de la génétique du troupeau est aussi une piste pour augmenter notre revenu », précise Jean-Marc Guillot, président de la SAS Marché au cadran des Hérolles. 

Venus de l’Indre, de la Vienne, de la Haute-Vienne et de Corrèze, les éleveurs ont pu proposer divers profils : typé viande, mixte viande, idéal pour les génisses, hétérozygotes sans corne, hétérozygotes culards, etc. Les acheteurs venus en nombre ont pu participer activement à cette vente aux enchères, à main levée.

Une moyenne des ventes autour de 3 900 €

 “Trust” du Gaec des Iris (86) a ouvert le bal. Typé mixte viande et ayant des lignées viande confirmées (JT RRE M et Livaro RRE VS), il a été vendu à 2 700 €, valeur de sa mise à prix. Même constat pour “Toudou” de l’EARL Brulé (86), jeune mâle aux origines connues et reconnues, fils de “Nomade sur Palombe”. Il se démarque par une très bonne finesse d’os, une tenue de dos remarquable, un bassin large et bien suivi dans les épaisseurs de dessus. “Titus” du Gaec Le Petit Etang (87), également vendu à 2 700 euros, est un animal avec de bonnes origines, typé mixte viande. “Taillasse” du Gaec Domaine Coiffard (87) et “6831” du Gaec Gaudy (87) se sont à peine mieux vendus et sont sortis respectivement pour 2 800 € et 2 900 €, avec un gène sans corne présent pour le premier et la finesse d’os observable chez les deux animaux. “Teddy” du Gaec Patureau (86) a fait monter les enchères grâce à son large bassin. Il présente beaucoup de finesse d’os. Sa morphologie fait de lui un excellent taureau à génisse pour les prochaines années. Il a été vendu à 3 600 €. Dans la même gamme de prix, on retrouve “Thesaurus” du Gaec Lathière (87) qui a impressionné les acheteurs par ses largeurs, épaisseurs de dos et son bassin. Son caractère lui a permis de d’atteindre la somme de 3 900 € aux enchères. Trois reproducteurs ont ensuite atteint le palier des 4 000 € : “Téo” né chez Philippe Dumain (87), “Tennis” du Gaec Valadas (87) et “Titan” de chez Anthony Guillot (87). Tous les trois se rejoignent sur leur largeur et la présence de beaucoup de viande dans le dos. Ils ont d’excellente qualité de race. Suivent ensuite “Seigneur PP” de la SCEA Bregeron (87), l’un des mâles adultes de la bande, vendu pour 4 200 € à un éleveur de l’Yonne. “Tornado” du Gaec Thomas Beaumont (36), prêt à saillir, des qualités de races remarquables et un excellent caractère est parti pour la somme de 4 500 €. “Teo” du Gaec de chez Massiat, typé gros mixte viande s’est vendu à 4 600 €. Pour 4 700 €, “Taxi”, élevé par Christophe Riffaud (87) s’est vendu pour sa très bonne lignée viande, mêlant qualités maternelles et aptitudes bouchères. Enfin, “Tchoupi” du Gaec Souvignet (87) est parti pour 4 800 €.

TROIS REPRODUCTEURS À PLUS DE 5 500 EUROS

Des reproducteurs d’exception ont eu l’honneur d’intéresser les acheteurs qui se sont battus un peu plus fortement. Le premier d’entre eux est “Ocean Mou” du Gaec Guillemaille (87). Hétérozygote sans corne, c’est un fils d’”Itou RRE VS” sur “Goutte”. Taureau mixte viande utilisable sur génisses et doté d’une grande finesse, il s’est vendu pour 5 400 € à un éleveur des Hérolles. “Taz Mou” du Gaec Moury (19), également hétérozygote sans corne, reflète parfaitement la production de son père, “Rio”, avec beaucoup de croissance et de la viande des épaules jusqu’au fond de cuisse et a été cédé à 5 600 €. Enfin, le recordman de cette sixième édition de la vente de reproducteurs limousins aux Hérolles revient à “Tibet”, élevé par Thomas Richard (87). Son énorme bassin et sa finesse d’os ont conquis de nombreux acheteurs. Porteurs des gènes sans cornes et culard, c’est un futur taureau mixte viande, avec de bonne épaisseur de dos. Il a été cédé à un jeune éleveur de la Vienne pour 5 900 €. 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Introduire des cultures d’été pour un effet de rupture

La gestion des adventices est un des axes de travail de la plateforme Syppre Berry.

« L’agriculture, notre flamme, votre futur »

Depuis le 1er mars, les Jeunes agriculteurs de l’Indre avec le soutien  du Conseil départemental de l’Indre, diffusent sur les réseaux sociaux

Les plateformes Syppre, par et pour les agriculteurs

 Le dispositif expérimental Syppre, via ses cinq plateformes en France, accompagne les agriculteurs vers de nouveaux systèmes de production, t

Communiquer autour de l’élevage porcin pour contrer les aprioris

Samedi 18 mai, Philippe van den Broek a ouvert les portes de son exploitation.

L’arum, une plante singulière

De grandes feuilles vertes, visibles au cœur de l’hiver, une fleur et des fruits pas ordinaires, des surnoms qui ne le sont pas moins et, pour fini

Les pluies perturbent une fois de plus les semis

Après les cultures d’hiver malmenées par les intempéries, l’espoir s’était cristallisé sur les semis de cultures d’été.

Publicité