Aller au contenu principal

DES PONEYS DE COMPÉTITION ÉLEVÉS EN BRENNE

Jérôme Seiller est propriétaire de la SCEA de l’Etape depuis 1981. Cet élevage équin reconnu à l’échelle européenne a su se diversifier au gré de la passion que voue l’éleveur aux animaux et en particulier aux poneys. Rencontre.

Bovins, lamas, cochons, bergers malinois et surtout poneys règnent en maître sur l’exploitation de l’élevage de l’Etape. Jérôme Seiller est l’heureux propriétaire de toute cette ménagerie. Situé entre Bélâbre et Le Blanc, son élevage équin est aujourd’hui reconnu pour la qualité des poneys qu’il fait naître et orientés en concours hippiques.

DES PONEYS À L’INTERNATIONAL

Il élève des poneys de catégorie A à D. La catégorie A correspond à des poneys mesurant jusqu’à 1,07 m, la catégorie B de 1,08 à 1,31 m, la catégorie C de 1,32 à 1,41 m et la catégorie D jusqu’à 1,49 m ferré. A savoir qu’un poney, pour être décrit comme tel, doit mesurer moins de 1,50 m ferré. Sur site, l’éleveur réalise les saillies et les naissances. « Saillies majoritairement avec mes propres étalons. Les femelles de l’élevage de l’Etape peuvent également être saillies à l’extérieur du site ou par insémination artificielle afin de changer le sang », note Jérôme Seiller. Sur place, près de 200 à 300 équidés partagent d’immenses prairies et cohabitent avec d’autres animaux un peu particuliers : des lamas. « Ils mangent les refus des chevaux et les mâles sont d’excellents gardiens de prairies. J’en élève et vends quelques-uns, mais je les ai plus par plaisir ».

Considéré comme le plus gros éleveur de poneys de compétition à l’échelle européenne, Jérôme Seiller met un point d’honneur à sélectionner ses animaux afin qu’ils fassent partie du haut de gamme dans leur performance, et notamment en saut en hauteur. « Il doivent également avoir le mental, mais comme je dis toujours, le vrai bon, c’est celui qui gagne », note-t-il. La sélection se fait sur le modèle, la morphologie mais aussi sur les aspects génétiques du poulain. Puis le jeune est mis en prairie et testé en saut en liberté, cela permet à l’éleveur de voir ses aptitudes en saut d’obstacle. « L’aspect facilité d’utilisation, c’est-à-dire s’il est utilisable par n’importe quel cavalier, ajoute également de la valeur au poney », décrit-t-il. Les eunes peuvent ensuite être vendus, dressés ou non. Autre débouché, Jérôme Seiller fait également de la location de poney pour les concours. Aujourd’hui de nombreux poneys en compétition proviennent de l’élevage de l’Etape.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité