Aller au contenu principal

Droit rural : Prêt à usage et bail rural : quelle différence ?

Je m'apprête à reprendre une exploitation mais l'un des propriétaires ne souhaite s'engager que temporairement. Il est d'accord pour me signer un contrat écrit de prêt à usage. Cependant, il exige que je lui paye un fermage pendant toute la durée du prêt. Est-ce bien légal ?

Vignette

L e prêt à usage, également appelé « commodat » est un contrat fondé sur la gratuité. Il est définit (Code civil) comme « un contrat par lequel l'une des parties livre une chose à l'autre pour s'en servir, à la charge par le preneur de la rendre après s'en être servi ». Ce contrat permet alors à un propriétaire de mettre à disposition ses parcelles de façon temporaire à un exploitant agricole. Le fermier pourra jouir librement du bien, à sa charge de le restituer à la fin du contrat en bon état au propriétaire.

La particularité de ce type de contrat est d'échapper complètement au statut du fermage : les modalités du contrat sont libres (durée et conditions notamment). Cependant, le prêt à usage doit être à titre gratuit. Vous avez le droit d'exploiter les terres mais vous n'avez pas à verser de contrepartie onéreuse, que ce soit des loyers ou une fourniture de services. C'est ce principe de gratuité qui permet de distinguer le prêt à usage du bail rural.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Quelle politique pour la gestion de l’eau dans l’Indre ?
La réécriture de l’arrêté cadre sécheresse était à l’ordre du jour de la dernière réunion de l’Observatoire des ressources en eau.
Future Pac : copie à revoir selon la FDSEA et JA 36
Des représentants de la FDSEA et JA 36 ont abordé avec le préfet de l’Indre les subtilités des divers scénarii proposés dans le cadre de la nouvelle P
PENSER L’USAGE DE L’EAU DANS SA GLOBALITÉ
Le stockage de l’eau est l’une des problématiques récurrentes pour la profession.
LES NAPPES SOUTERRAINES, UN OUTIL À PRÉSERVER
A l’approche d’une nouvelle saison d’irrigation, Pierre Giard président de l’association des professionnels de l’irrigation (API) 36 fait le bilan de
UN GAIN DE TEMPS ET PLUS DE SÉRÉNITÉ
Dans  un  contexte  de  gestion  de  l’eau  de plus en plus compliquée, Xavier Foudrat apprécie  les  innovations  techniques  qui concourent à réduir
DES RETENUES EN RENFORT DES FORAGES
James Goussard, exploitant agricole à Lazenay dans le Cher, irrigue ses porte-graines depuis 1987.
Publicité