Aller au contenu principal

Faune sauvage : le déterrage des blaireaux menacé

Cette année, la principale période de déterrage du blaireau sous terre est compromise. Un coup dur porté à cette pratique traditionnelle et une menace pour les victimes des dégâts de blaireaux.

La chasse sous terre du blaireau ne sera pas autorisée dans l’Indre pendant la période du 15 mai au 30 juin 2020. En effet, l’article 3 de l’arrêté préfectoral d’ouverture et de fermeture de la chasse, relatif à la période complémentaire (à partir du 15 mai) de la chasse sous terre du blaireau a été supprimé. Les personnes victimes de dommages provoqués par des blaireaux (productions agricoles, infrastructures…) n’ont actuellement d’autre choix que de contacter le lieutenant de louvèterie de leur secteur ; celui-ci, après avoir constaté les dégâts, fera le nécessaire pour qu’une autorisation de chasse particulière soit délivrée par l’administration.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

« C’est beaucoup de frustration de ne pouvoir présenter notre travail »
Le concours de la Châtre draine au-delà des frontières indriennes.
Vignette
Des reproducteurs visibles sur rendez-vous
Les événements, salons, foires, concours ont été annulés ou reportés un à un au fil de l’année.
Nouveau report de paiements MSA
Avec le nouveau confinement, le gouvernement a décidé, comme au printemps, d’accorder des délais pour le paiement des cotisations sociales.
Vignette
Le cycle des adventices rompu par les prairies
A la tête d’un cheptel de 130 limousines, Olivier Fradet cherche à limiter les adventices tout en réduisant l’usage des phytos.
« Il faut absolument appliquer les règles de biosécurité »
Philippe Van den Broek, président d'Ariporc se veut rassurant quant à l'épidémie de PPA. Il insiste cependant pour que les éleveurs et l'ensemble des
Vignette
La filière porcine inquiète
Les éleveurs de porcs scrutent avec anxiété la progression de la PPA en Europe.
Publicité