Aller au contenu principal

Foire aux chevaux : l’élevage au temps des cow-boys

Chaque année, Chaillac fait la part belle aux équidés, lors de  la traditionnelle foire aux chevaux. A ce titre, le désormais célèbre concours de tri de bétail attirera ce week-end encore de nombreux participants. L’occasion de revenir sur ce sport mêlant équitation  et élevage. 

Les chevaux et leur cavalier sont jugés sur leur technique, leur vitesse et leur habilité, notamment lors du tri de bétail.

De l’ambiance équestre à l’ambiance cow-boy, il n’y a qu’un pas. La foire aux chevaux organisée par la municipalité est le rendez-vous immanquable du deuxième week-end d’octobre. Exposition d’équidés, brocante, marchés artisanaux font partie des festivités. En terre d’élevage, chevaux et bovins témoigneront d’une impressionnante faculté de travail, notamment avec le concours de tri du bétail qui aura lieu tout le week-end.  

UN CONCOURS PLURIDISCIPLINAIRE

Qu’elles soient spectaculaires, ludiques et très techniques en termes de dressage du cheval, différentes disciplines composent le concours. Elles permettent aux cavaliers de pratiquer une équitation de travail authentique, au plus près des utilisations ancestrales des cowboys et ranchers. Après une préparation de chaque cheval par son cavalier, le couple est fin prêt pour le concours et trois épreuves peuvent être disputées. Le Ranch Sorting se déroule dans un champ d’action en forme de huit. Une porte matérialisée par des barrières est installée au centre. « Un binôme de cavaliers a pour objectif de faire passer dix vaches, numérotées de 0 à 9, dans cette porte en laissant une onzième vache dans le parc d’attente. Le premier cavalier trie les animaux et les dirige, l’autre reste à la porte pour empêcher les vaches de passer dans un ordre aléatoire », explique Amaury Rostan, un des organisateurs du concours. En effet, les vaches doivent passer dans l’ordre croissant en commençant par un numéro tiré au sort. L’épreuve d’habilité est aussi une épreuve de rapidité puisque les équipes ont un délai de 90 secondes maximum. Celle qui parvient à conduire les dix vaches en temps minimum est déclarée gagnante. 

JUGER LE COMPORTEMENT DU CHEVAL

L’épreuve 3 Men 2 Gates, comprendre en français « trois hommes deux portes », est une discipline en trio. Dix bêtes numérotées de 0 à 9 et une bête sans numéro constituent le lot à trier. Sur le même principe que le Ranch Sorting, les bêtes sont à trier dans l’ordre croissant à partir de la bête tirée au sort. Cependant, lors de cette épreuve, les numéros pairs doivent passer par la porte de droite et les numéros impairs par celle de gauche. L’équipe qui réalise le passage d’un maximum de vaches en un temps record est déclarée gagnante. Une épreuve individuelle ensuite avec le Ranch Cutting. Il est demandé aux participants de trier une vache dans un lot et de l’empêcher de retourner avec les autres, jusqu’à ce qu’elle tourne le dos au cavalier et qu’elle ne bouge plus. Dans cette discipline c’est d’abord le cheval qui est jugé. L’animal montre ses capacités en « cow-work » ou travail de bétail, en français. Dès que le couple cavalier/ cheval a démontré son « cow-sense » (ses capacités), il doit emmener le bovin isolé de l’autre côté de l’arène. Le temps est fixé à 2,30 minutes pour séparer le troupeau et en éloigner l’animal. Le nombre de veaux par troupeau est d’un minimum de dix têtes. « La prédisposition naturelle du cheval pour le travail du bétail est indispensable. Il doit avoir le regard fixé sur la vache, les oreilles couchées sur l’arrière et suivre les mouvements du bovin », précise Amaury Rostan. Technique, vitesse et habilité sont les maîtres-mots de ce concours. Dans le règlement du tri de bétail sont sanctionnés les mauvais traitements sur les chevaux ou les bovidés. Il ne faut pas affoler le bétail ou présenter un cheval en défense.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Valoriser au mieux ses effluents d’élevage
  Le pilotage de la fertilisation pour cette campagne s’avère délicat compte tenu de la flambée inédite des prix des engrais.
Limousine, sa rusticité passionne encore
Les critères de sélection de la race limousine ont évolué au fil du temps.
Hausse de prix des fromages fermiers : une nécessité
Lors de journée régional fromagère, Jennifer Baudron, de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, a présenté les coûts de production en 2021 et les e
LE TÉLESCOPIQUE, UN « INDISPENSABLE » CHEZ LES ÉLEVEURS
  Fiabilité, maniabilité, visibilité ou encore facilité d’entretien… voici les principaux arguments qui ont poussé deux éleveurs laitiers à choisir le
Aléas climatiques : s’assurer une sécurité financière
Samuel Delale, céréalier à Châtillon-sur-Indre, a été confronté à la grêle en 2022.
Une nouvelle pépinière, un atout pour l’agrotourisme
Arnaud Schoofs et Marline Berghmans ont inauguré leur pépinière spécialisée en fruitiers du terroir, le 11 janvier à Buzançais.
Publicité