Aller au contenu principal

Fruits défendus de la forêt

Poussant au bord du chemin ou plongées dans la pénombre rayée de traits de lumière, nombre de plantes mettent en avant leurs appâts, souvent des fruits, certaines de séduire. Mais, néophyte, le promeneur sait-il que, parmi elles, quelques-unes risquent de l'indisposer s'il s'avise de les consommer ? La liste de ces belles, appétissantes mais dangereuses, est longue ! En voici quelques exemples…

D'entrée de jeu, certaines plantes donnent le « la ». Par exemple, « rave de serpent » ou « navet du diable » (Bryone dioïque), « crève-chien » (morelle noire), « rose de serpent » (Hellébore fétide). On voit ici que le serpent n'a pas bonne presse… Pourtant gracieuses, elles n'en sont pas moins toxiques, ce que rappelle clairement leur nom vernaculaire. Mais, à côté, il en est d'autres qui, au contraire, jouent l'hypocrisie : par exemple, « Bois gentil » (daphné lauréole), « Manteau de la Vierge » ou « Herbe à pain » (arum tacheté), « Gant de Notre-Dame » (digitale pourpre). Si, par leur joliesse, toutes trois attirent le regard, elles n'en sont pas moins pourvues de principes chimiques toxiques, susceptibles d'envoyer l'imprudent gourmand au lit (dans le meilleur des cas).

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Limiter la flambée des prix avec les achats groupés de la FDSEA
Le service de commande groupée de fioul proposé aux adhérents FDSEA et JA permet de réduire le montant des factures.
Contrats, indicateurs de prix, délais : éleveurs, à vous de proposer vos conditions !
La loi Besson-Moreau généralise la contractualisation écrite pluriannuelle de 3 ans minimum pour toute vente entre le producteur de viande bovine et c
Noël en Berry, entre rites et légendes
Loin de la course effrénée de notre époque dans les boutiques en quête des cadeaux tant attendus, loin de l'abondance des plats sur les tables… le Noë
QUELLE FORÊT POUR LE FUTUR ?
Comment préserver les massifs forestiers face au réchauffement climatique ?
Contention ovine : découverte d'un parc fixe indoor
Au quotidien, la manipulation des animaux à travers une contention mobile demande du temps et peut mobiliser de nombreuses personnes sur un élevage.
Publicité