Aller au contenu principal

Tech Ovin
Génétique : la prolificité, un des outils de séduction du mouton vendéen

L’organisme de sélection Mouton vendéen a découvert il y a quelques années le gène d’hyperprolificité au sein de la race. Des travaux sont en cours avec l’Inra pour l’utiliser de la manière la plus efficiente possible. 

Vignette

C’est une race qui n’a rien à envier aux autres en termes de prolificité. Avec une moyenne nationale qui se situe aux alentours de 1,77 agneau par brebis, le mouton vendéen est déjà prolifique. Mais engagé depuis de nombreuses années dans le développement de la génétique dans les troupeaux, l’organisme de sélection (OS) peut désormais miser sur la découverte du gène d’hyperprolificité au sein de la race pour espérer améliorer ces statistiques. « On espère que ce gène nous fera passer entre 1,90 et 2 agneaux par brebis. C’est un idéal à atteindre. En effet, il n’y a pas d’intérêt à avoir un bélier qui va faire 3 ou 4 agneaux à chaque fois », présente Laurent Boyer, technicien à l’OS à tiers-temps.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité