Aller au contenu principal

DÉSHERBAGE MÉCANIQUE
Herse étrille : plutôt trois fois qu'une !

Installé dans le sud de l'Indre-et-Loire, Guillaume Turquois expérimente depuis quelques campagnes le désherbage mécanique. La herse étrille est devenue un essentiel de son arsenal.

Guillaume Turquois, céréalier à Marçay (37), a récemment passer son exploitation en agriculture biologique.

Dans ce cadre, sa stratégie de désherbage a bien changé. L'agriculteur souhaite gérer le salisse-ment sans chimie de synthèse, et en adaptant au maximum la rotation, « sur 7 ans minimum, c'est mon objectif ». Et le désherbage mécanique, nerf de la guerre, est rendu possible par le matériel de la Cuma de la Rabelaisie : 2 herses étrilles, une roto-herse étrille et une écimeuse.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Visite d'essais: La luzerne, quelle conduite à tenir ?
Cultiver de la luzerne ne s'improvise pas.
Luzerne : Un itinéraire technique à soigner
Les essais de semis de luzerne de la plateforme Cultures à Venir ont permis de démontrer l'importance de l'implantation sur la production de fourrage.
Méthanisation : « Créer une plus-value supplémentaire"
Produire de l'électricité tout en gérant ses effluents d'élevage est le projet des Thoonsen, à Montchevrier dans l'Indre.
Vignette
De multiples projets à La ferme de Touvent
Malgré la crise sanitaire, les projets de développement des exploitations du lycée agricole de Châteauroux se poursuivent, avec notamment des orientat
Une rentrée attendue à Naturapolis
Une rentrée scolaire n'est jamais anodine, elle le fut encore moins cette année.
« Détricoter le système connu, pour répondre aux attentes des filières »
Benoît Tassin, directeur adjoint de la chambre régionale de l'agriculture Centre-Val de Loire, est revenu sur les impacts de la pandémie sur les march
Publicité