Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

HVE : une certification valorisante

La certification « haute valeur environnementale » reconnue par le ministère, facilite l'accès à certains marchés. La chambre d'agriculture de l'Indre se propose d'accompagner les agriculteurs pour l'obtenir.

Légende
Trois niveaux d'accompagnement proposés par la chambre d'agriculture • Pré audit HVE niveau 3 : Il s'agit d'un examen des critères et notation afin de définir si l'exploitation est certifiable. 1 journée minimum, 506 euros HT la journée. • Accompagnement et plan d'action pour certification HVE niveau 3 : Il consiste en un accompagnement par des conseillers spécialisés, pour mettre en place des leviers permettant d'améliorer certains points en vue de la certification. Demi-journée de consultation pour chaque thématique ayant plus de 2 points à rattraper. 253 euros HT la demi-journée, 506 euros HT la journée. • Préparation à l'audit HVE niveau 3, destinée aux exploitants ayant suivi la formation « Passeport pour le HVE sur mon exploitation » et à ceux ayant réalisé le pré-audit. Elle comprend un accompagnement pour clore la démarche de certification, avec vérification des critères et notes par thématiques et le rassemblement des documents à présenter lors du contrôle par l'organisme

Jusqu'en 2018 la certification Haute Valeur Environnementale (HVE) restait confidentielle.

Seulement 24 exploitations étaient engagées en Centre-Val de Loire, avant tout des vignerons indépendants qui valorisaient la certification à l'export. Un nombre qui devrait augmenter rapidement, du fait que cette certification représente un moyen d'accéder plus facilement au marché. Elle rassure car elle est supervisée par le ministère de l'agriculture. Comme la bio, la HVE est un label public ; il correspond au troisième niveau de la certification environnementale, créé par la loi Grenelle II (2010). Seul ce 3niveau est associé à un logo affichable sur les produits.

Il reprend quatre grandes thématiques : préservation de la biodiversité, stratégie phytosanitaire, gestion de la fertilisation et la gestion en ressource en eau, cette dernière thématique étant uniquement destinée aux irrigants. « Pour chacun de ces domaines, nous avons des catégories à noter. Pour être certifiable, il faut atteindre une moyenne minimale de 10 pour chacun des grands axes », détaille Cassandra Patte, conseillère spécialisée Productions végétales, en charge de l'accompagnement HVE à chambre d'agriculture de l'Indre. Par exemple pour le volet biodiversité, il faut détailler le nombre d'hectares en prairies permanentes, le linéaire de haies, les arbres présents, les jachères et leurs spécificités, la présence de ruches, celle d'une faune ou d'une flore particulière, etc. « Autant d'éléments que l'on peut retrouver via le dossier PAC et pour la stratégie de fertilisation, le recours à Mesp@rcelles aide pour récupérer les données à pointer », indique la conseillère.

 

Un accompagnement spécifique

Concrètement depuis 2012, l'exploitant désireux d'obtenir cette certification doit effectuer une démarche volontaire. Afin de mettre toutes les chances de son côté, il peut être accompagné par la chambre d'agriculture depuis la rentrée 2019 (voir encadré ci-dessous).

Une fois la démarche lancée, la conseillère HVE se rend sur place pour pointer l'intégralité des critères demandés par la charte HVE. Si l'exploitation remplit les conditions avec au moins 10 de moyenne par domaine, elle est aiguillée vers un des organismes certificateurs indépendants. Ce dernier vérifiera l'ensemble des notes attribuées et délivrera le sésame si tout est conforme. Une fois la certification accordée, l'exploitant peut afficher le logo HVE dans son exploitation si elle est ouverte au public mais aussi sur les emballages de ses produits bruts ou transformés, si ces derniers contiennent au moins 95 % de matières premières issues d'exploitations HVE. « C'est une plus-value en termes de commercialisation, à une époque où les consommateurs sont regardant sur les méthodes de productions, la qualité et le respect de l'environnement. C'est une preuve de transparence de la part de l'exploitant », estime la conseillère.

La certification HVE est valable 3 ans. Période durant laquelle, il y a une évaluation intermédiaire de suivi. Puis, au plus tard 3 mois avant l'échéance du certificat, une évaluation technique de renouvellement est réalisée pour voir si l'exploitation répond toujours aux exigences de la certification.  n

Contact Cassandra Patte : 02 54 61 61 66 cassandra.patte@indre.chambagri.fr

 


Trois niveaux d'accompagnement proposés par la chambre d'agriculture

• Pré audit HVE niveau 3 : Il s'agit d'un examen des critères et notation afin de définir si l'exploitation est certifiable.

1 journée minimum, 506 euros HT la journée.

• Accompagnement et plan d'action pour certification HVE niveau 3 : Il consiste en un accompagnement par des conseillers spécialisés, pour mettre en place des leviers permettant d'améliorer certains points en vue de la certification.

Demi-journée de consultation pour chaque thématique ayant plus de 2 points à rattraper. 253 euros HT la demi-journée, 506 euros HT la journée.

• Préparation à l'audit HVE niveau 3, destinée aux exploitants ayant suivi la formation « Passeport pour le HVE sur mon exploitation » et à ceux ayant réalisé le pré-audit. Elle comprend un accompagnement pour clore la démarche de certification, avec vérification des critères et notes par thématiques et le rassemblement des documents à présenter lors du contrôle par l'organisme certificateur.

253 euros HT la demi-journée.

• Formation « Passeport pour le HVE sur mon exploitation » : Présentation de la certification, son intérêt, prise de connaissances des divers critères demandés, calcul des notes…

Pour toute information sur la date et le lieu, contacter le service formation de la chambre d'agriculture au 02 54 61 61 78.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Evaluation des risques : Systera, un facilitateur de la vie de l'employeur
L'amélioration des conditions de travail est essentielle pour motiver et fidéliser les salariés estime Jérôme Volle, vice-président de la FNSEA, respo
Fiscalité : Comment opter pour la TVA en tant que bailleur
Je suis propriétaire de bâtiments agricoles. Ils sont inscrits à l’actif de mon bilan et j’ai récupéré la TVA sur des travaux.
Vignette
L’échange parcellaire plus souple que le remembrement
Très pratique pour restructurer son parcellaire,l’échange de foncier nécessite de prendre quelques précautions.
Vignette
Prévention : Sécurité, des règles à ne pas occulter
L’usage de télescopiques ou de matériel de levage n’est pas sans risque, l’application des bonnes pratiques en matière de sécurité peut bien souvent s
Vignette
Patrimoine : Pacs et achat immobilier
L’achat d’un bien immobilier entre partenaires pacsés peut être soumis au régime de l’indivision ou de la séparation. Un choix qui demande réflexion.
Vignette
Un statut social de droit au conjoint du chef d’exploitation
Bientôt, le travail régulier d’un conjoint du chef d’entreprise relèvera du salariat à défaut d’affiliation à un autre statut.
Publicité