Aller au contenu principal

Ils le disent

David Joly, Cluis et CUMA de l'Auzon

« En blé sur la CUMA, même si nous n'avons pas fini les chantiers, nous sommes sur du 40-45 q/ha avec 70-76 de PS. En orge, c'est une petite année. Sur l'exploitation, j'ai fait tout juste 45 q/ha pour 63 de PS, avec des épis vides. Cette année, nous aurons fait du stock en fourrage pour les bêtes mais pas en céréales. Et en paille, il manque près d'un tiers du volume ».

Jean-Jacques Brissemoret, Sembleçay

« C'est une catastrophe, pire qu'en 2016 ! En orge comme en blé, je suis à 40 q/h de moyenne et en général je fais le double. J'ai tout stocké, mais le grain n'est vraiment pas beau. Les explications sont mécaniques, car sur le plan sanitaire les cultures étaient saines. Les semis ont été réalisés dans des conditions météo limites, on a eu un excès d'eau, un tassement du sol, de l'échaudage… ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Réduire les maladies respiratoires, un levier pour la filière
La préparation sanitaire des broutards à la vente est un enjeu pour la filière viande bovine qui s’est emparée de la question.
« L’objectif de la loi est de sauver les entreprises en difficulté »
« Il faut toujours chercher à régler le problème en son entier », c’est l’un des principes appliqués par Fanny Chenot, magistrate, lors des procédures
Lourdes difficultés financières : le rôle protecteur du tribunal
Les procédures judiciaires de règlement amiable, sauvegarde, redressement judiciaire gérées au tribunal sont conçues pour protéger les entreprises en
Un crédit d’impôt en échange de l’arrêt du glyphosate
Un crédit d’impôt de 2 500 € pour 2021 et 2022 est en cours de validation au profit de ceux qui arrêteront d’utiliser le glyphosate.
CLÉMENT CARTERON, INVESTI POUR SON CANTON
Céréalier à Neuvy-Pailloux et Condé, Clément Carteron revêt plusieurs casquettes du haut de ses 23 ans : président de canton JA, président du club loc
Les burgers du « Mirabelle » valorisent les produits locaux
La crise de la Covid-19 n'aura pas eu raison de la détermination de Cyril et Brigitte Zucchi, restaurateurs à Pruniers.
Publicité