Aller au contenu principal

INSTALLATION
Combiner la facilité de naissance et la qualité bouchère

A Briantes, Pascal Carrion vient de passer la main à son fils Alexandre. Conversion bio, apport de viande sur les carcasses, vente directe, ce dernier a plein de projets en tête. Rencontre.

En décembre dernier, lors du départ en retraite de son père, Alexandre Carrion a repris la ferme familiale située à Briantes. Ancien inséminateur en Côte-d'Or, il a décidé de passer l'exploitation en bio. « Depuis mai 2021, j'ai commencé le processus pour une conversion simultanée des terres et du troupeau, précise-t-il. J'ai collaboré avec de nombreux éleveurs bio, et cette approche correspond à mon idée de travailler différemment, sans recours aux produits chimiques, de replacer l'agronomie au cœur du système ». Pour viser l'autonomie alimentaire, il envisage de réduire la taille du cheptel de 80 à 60 mères. Il s'appuie sur les préconisations de Jean-Baptiste Quillet, conseiller bovins viande de la chambre d'agriculture, pour conserver les performances techniques de l'élevage, tout en modifiant le système fourrager « pour le pousser un peu plus loin », glisse-t-il.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Limiter la flambée des prix avec les achats groupés de la FDSEA
Le service de commande groupée de fioul proposé aux adhérents FDSEA et JA permet de réduire le montant des factures.
Contrats, indicateurs de prix, délais : éleveurs, à vous de proposer vos conditions !
La loi Besson-Moreau généralise la contractualisation écrite pluriannuelle de 3 ans minimum pour toute vente entre le producteur de viande bovine et c
Noël en Berry, entre rites et légendes
Loin de la course effrénée de notre époque dans les boutiques en quête des cadeaux tant attendus, loin de l'abondance des plats sur les tables… le Noë
QUELLE FORÊT POUR LE FUTUR ?
Comment préserver les massifs forestiers face au réchauffement climatique ?
Contention ovine : découverte d'un parc fixe indoor
Au quotidien, la manipulation des animaux à travers une contention mobile demande du temps et peut mobiliser de nombreuses personnes sur un élevage.
Publicité