Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

ALIMENTATION DU BÉTAIL
FAF source d'économie, autonomie et gain de temps

Sécuriser les rations, gagner en efficacité et en pénibilité, la fabrique d'aliments à la ferme est un investissement intéressant. Les Bruneau, à Saint-Août dans l'Indre, ont franchi le pas en 2016.

Chez les Bruneau, avec l'installation en 2016 d'Hadrien, le système naisseur-engraisseur charolais a évolué. Avant, seules les femelles étaient finies sur place, les mâles étaient vendus en broutards. Depuis, tous les animaux nés sur l'exploitation sont engraissés : les mâles en taurillons avec un poids moyen de 456 kg, vendus vers 17.5 mois pour 3.75 euros/ kilo carcasse de moyenne ; les femelles, des génisses de 18 mois, avec un poids moyen de 355 kg, pour un rendement moyen avoisinant le 4 euros/ kilo carcasse.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

L'orchestre symphonique du Centre-Val de Loire continue à partager la musique
L’arrêt de la vie culturelle porte sérieusement préjudice au domaine culturel, qui espère refaire vivre nos salles et nos festivals au plus vite.
Une reprise en pente très douce
Depuis mis mars, les produits au lait de chèvre ont été durement impactés.
Prudence dans les abattoirs français
La contamination d'employés de deux abattoirs interpelle les industriels de l'agro-alimentaire qui souhaitent à tout prix éviter une situation comme c
Vigilance, le coronavirus est toujours là
A défaut de respecter les gestes barrières, chacun s’expose s’il croise une personne contaminée, au pire à  contracter le coronavirus, au mieux à devo
Drive solidaire 36 : et après ?
Que ce soit pour pallier la fermeture des marchés ouverts ou trouver des solutions pour rebondir et aider  l’agriculture locale à faire face à la cris
Covid-19 : La filière volaille y laisse des plumes
La crise sanitaire Covid-19 avec la perte d’une partie des débouchés met en sérieux péril certaines productions à l’image celle des canards ; en poule
Publicité