Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

CHIEN DE TROUPEAU
« je ne pourrais pas m’en passer »

Le chien est l’assistant idéal pour tout éleveur ovin et bovin. Outre la facilité de travail, il est un gage de sécurité pour l’homme. Jean-Michel Jolly, spécialiste des chiens de troupeau, revient sur le bien-fondé de l’utilisation du chien dans le quotidien de l’éleveur.

Thumbnail

Jean-Michel Jolly est éleveur dresseur de chiens de berger à Bourganeuf (23). Eleveur ovin depuis plus de 40 ans, il connaît bien les problématiques de l’élevage. Il est  formateur à l’Institut de l’élevage depuis 1983 sur une  dizaine de départements où il dispense des formations de dressage de chiens de troupeau sur ovins, caprins et bovins.

A.P : Pouvez-vous nous expliquer comment a débuté cette passion pour le chien de troupeau ?

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

L'orchestre symphonique du Centre-Val de Loire continue à partager la musique
L’arrêt de la vie culturelle porte sérieusement préjudice au domaine culturel, qui espère refaire vivre nos salles et nos festivals au plus vite.
Une reprise en pente très douce
Depuis mis mars, les produits au lait de chèvre ont été durement impactés.
Prudence dans les abattoirs français
La contamination d'employés de deux abattoirs interpelle les industriels de l'agro-alimentaire qui souhaitent à tout prix éviter une situation comme c
Vigilance, le coronavirus est toujours là
A défaut de respecter les gestes barrières, chacun s’expose s’il croise une personne contaminée, au pire à  contracter le coronavirus, au mieux à devo
Drive solidaire 36 : et après ?
Que ce soit pour pallier la fermeture des marchés ouverts ou trouver des solutions pour rebondir et aider  l’agriculture locale à faire face à la cris
Covid-19 : La filière volaille y laisse des plumes
La crise sanitaire Covid-19 avec la perte d’une partie des débouchés met en sérieux péril certaines productions à l’image celle des canards ; en poule
Publicité