Aller au contenu principal

Tour de plaine
La chaleur nécessaire à la mise en place des cultures d’été

Les précipitations de début mai ont été les bienvenues, cependant les températures négatives ont impacté les cultures de protéagineux. Une situation évoquée au cours du dernier tour de plaine du CIVAM de Valençay

Le CIVAM de Valencay organisait, vendredi 10 mai, un tour de plaine sur l’exploitation de Bruno Guilpain, à Bagneux. Accompagnés d’Astrid Mordon, technicienne à la chambre d’agriculture et de Léa Golleret animatrice du CIVAM, les agriculteurs présents ont observé l’état d’avancement des cultures et échangé sur les parcours techniques mis en place.


Les céréales pour Le moment épargnées

Le retour de la pluie a eu un effet bénéfique sur la végétation. Néanmoins, les températures encore fraîches empêchent le semis de certaines espèces comme le rappelle Astrid Mordon. « Des plantes comme le millet ou le sorgho ont besoin d’une température du sol d’au moins 12°C. Avec le rafraîchissement de ces derniers jours, notamment la nuit, la terre s’est considérablement refroidie. Un semis dans les conditions actuelles ne permettrait pas à la plante de se développer. La réussite d’une culture d’été dépend de sa capacité à se développer rapidement. Il vaut mieux attendre pour le semis. » Le froid a aussi impacté certaines parcelles de maïs et de tournesol en début du stade végétatif. « Les plantes qui pointent juste sont très sensibles au gel, avertit Astrid Mordon, même pour des espèces comme le tournesol, d’autant plus si les parcelles sont situées en fond de vallée. » La météo de la fin de la semaine dernière réduisait également les créneaux pour effectuer les deuxièmes apports d’azote et les traitements fongiques et herbicides. Même si des cultures comme le blé étaient encore relativement épargnées par la septoriose et la fusariose, il faut tout de  même rester vigilant. « La période d’incubation de la septoriose est de 15 jours avec une température de 20°C ou de 22 jours à 15°C, nous n’y sommes pas encore mais la maladie peut rapidement se manifester. L’objectif principal du traitement est de protéger absolument la dernière feuille. Le coût est équivalent à 5 quintaux, mais qui seront rapidement récupérés sur les rendements », commente la conseillère. Les cultivateurs présents ont également relevé de nombreux dégâts dus aux oiseaux, notamment corneilles et pigeons. « Sur mon secteur, à Baudres, mes parcelles sont infestées par ces oiseaux. Les solutions d’effarouchement ne fonctionnent pas et les dégâts sur les semis sont importants », rapporte un des participants.

Pilotage de l’azote par drone

Pour Bruno Guilpain, sa problématique résidait dans le calcul de ses apports d’azote. En effet, le bilan azoté a montré des reliquats élevés (130 U) sur ses cultures de  triticale notamment. « Les quantités d’azote à apporter sont très variables en fonction des secteurs, indique Astrid Mordon. Cela peut aller de 0 à 70 U. » Bruno Guilpain a fait le choix d’utiliser un drone pour analyser ses parcelles. Proposé par la FDGEDA du Cher, cette méthode cartographie précisément les reliquats du sol et permet de calculer les quantités d’azote à apporter pour obtenir un rendement optimal. « Sur certaines cultures, le potentiel de rendement était entamé. Les techniciens m’ont conseillé de privilégier les apports sur les secteurs les plus prometteurs afin de compenser au niveau des rendements. Selon les calculs, je devais apporter 70 unités sur les pieds à fort potentiel et 40 pour les plantes à faible rendement. J’ai fait le choix d’apporter 50 unités sur l’ensemble du champ. »  Le producteur estime que ce système est une option intéressante pour pouvoir optimiser les intrants et anticiper les résultats de sa production.  ■
 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Une récolte entre surprises et déceptions
La récolte 2021 a été marquée par les averses venant jouer les troubles fêtes et mettant les nerfs des agriculteurs à rude épreuve.
Ce que l'étude de son sol enseigne
Face aux changements climatiques et au risque de stress hydrique, préserver la structure et la qualité du sol est essentiel pour conserver une réserve
Renard : éleveurs, déclarez vos dégâts !
Le manque de déclarations de dégâts pourrait remettre en cause le statut du renard en tant qu'espèce susceptible d'occasionner des dégâts.
Enfin une fenêtre météo propice
Dans les parcelles praticables, les moissons ont repris depuis le début de la semaine.
Publicité