Aller au contenu principal

MARCHÉ DES REPRODUCTEURS
« La Covid-19 nous a poussés dans nos retranchements »

Les ventes de printemps victimes de la pandémie ainsi que les événements annulés ou reportés poussent les organismes de sélection à repenser leurs approches de la valorisation des races et des ventes, souligne Sébastien Cluzel, le président du Herd Book Charolais.

Avant la période de confinement, le marché des animaux reproducteurs n’était déjà pas très réjouissant compte tenu de la mauvaise conjoncture pour la viande finie, couplée à la morosité économique du marché charolais déjà présente », observe Sébastien Cluzel et président du Herd Book Charolais. La Covid-19 a, semble-t-il, crispé un peu plus les affaires, en arrivant avant la mise à l’herbe, « à une période propice à la vente des taureaux de 18-20 mois, pénalisant les ventes de printemps », continue l’éleveur du Puy-de-Dôme.

Outre un chamboulement des ventes de printemps, divers concours ont été annulés, pénalisant la promotion des races bovines. « Dans notre malchance, nous avons pu tirer bénéfice de la journée dédiée à la Charolaise, lors du Salon de l’agriculture, la veille de sa fermeture prématurée », positive toutefois Sébastien Cluzel.

DES HABITUDES BOUSCULÉES

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité