Aller au contenu principal

MARQUE MON LAIT
« La crise du lait de 2009, nous a incités à inventer un autre système »

Cela fait maintenant dix ans que, dans le Massif Central, la marque Mon Lait est née de la volonté d’une poignée d’agriculteurs décidés à reprendre leur filière en main. Aujourd’hui 10 millions de litres de lait sont valorisés par ce biais.

Créée en 2010 par un groupe de producteurs du Massif Central, la marque Mon Lait se retrouve aujourd’hui dans les rayons des GMS et génère une plus-value aux éleveurs associés.

A son initiative : quatre agriculteurs dont Dominique Barrault, ancien secrétaire général de la FNSEA et producteur laitier. « Notre état d’esprit était de reprendre en main notre filière et de montrer que d’autres voies étaient possibles en dehors de Lactalis, a-t-il relaté aux participants de l’AG de la FDSEA 36, le 22 septembre. Nous sommes situés dans une zone avec des handicaps naturels. Les trois quarts de notre production laitière n’étaient pas valorisés. La dénomination lait de montagne parle aux consommateurs. J’avais découvert que le lait collecté dans nos massifs était vendu plus cher sous l’appellation lait de montagne, sans pour autant que les éleveurs ne soient mieux rémunérés. La crise du lait de 2009 nous a incités à inventer un autre système ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité