Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Information sanitaire
La mouche tueuse arrive dans l’Indre

L’assemblée générale du GDMA qui s’est tenue le 29 mars a fait le bilan de 2018. Une année plutôt positive pour le groupement, qui devra cependant faire face à une nouvelle menace sanitaire pour les élevages de l’Indre avec l’arrivée de la wohlfahrtia magnifica

Wohlfahrtia magnifica, ce nom fait peur à de nombreux éleveurs ovins. Cette mouche a un véritable impact sanitaire sur les troupeaux de moutons et sur le moral des éleveurs. Déjà présent dans la Vienne et les Charentes, cet insecte est apparu en Haute-Vienne en 2016 et frappe désormais aux portes du département de l’Indre.

Une progression très rapide

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Bilan de départ et formation incontournables
S’ouvrir à l’agriculture de conservation, tel était le thème des deux journées de formation proposées par les JA, les 26 et 27 mars à Valencay.
Vignette
Mesp@rcelles, un accompagnateur du quotidien
Pour la gestion de ses parcelles et sa déclaration PAC, Franck Trabach a adopté depuis déjà plusieurs années, le logiciel mesp@rcelles.
Vignette
Mobilisation générale pour dynamiser le département
Travailler de manière collective pour valoriser toutes les initiatives existantes dans l’Indre, afin d’inverser la tendance au repli sur soi préjudici
Un plan d’action en cours
La progression de la myiase Wohlfahrtia se poursuit de manière inquiétante.
Préserver une bonne ambiance en bâtiment
Les bâtiments d’élevage réagissent différemment en fonction de la température.
Vignette
Ces très chères taries
En production laitière, une gestion différenciée des taries doit être mise en place par rapport au reste du troupeau.
Publicité