Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Infomation sanitaire élevage
La mouche tueuse arrive dans l’Indre

L’assemblée générale du GDMA, qui s’est tenue le 29 mars, a fait le bilan de 2018. Une année plutôt positive pour le groupement, qui devra cependant faire face à une nouvelle menace sanitaire pour les élevages de l’Indre, avec l’arrivée de la wohlfahrtia magnifica.

Wohlfahrtia magnifica, ce nom fait peur à de nombreux éleveurs ovins. Cette mouche a un véritable impact sanitaire sur les troupeaux de moutons et sur le moral des éleveurs. Déjà présent dans la Vienne et les Charentes, cet insecte est apparu en Haute- Vienne en 2016 et frappe désormais aux portes du département de l’Indre.

Une progression très rapide

« Lors de son apparition en 2016, nous ne savions pas réellement à quoi nous avions à faire, se souvient Aurore Raffier, vétérinaire au GDS de Haute-Vienne, qui intervenait à l’assemblée générale du GDMA, le 29 mars. Seules 4 communes étaient touchées. L’année suivante, sa progression a été fulgurante, puisque des attaques se sont produites sur 34 communes supplémentaires. L’année dernière, nous avons recensé sa présence dans 13 communes de plus. Les éleveurs sont très inquiets, car le nombre d’animaux atteints au sein d’un cheptel peut être important ce qui entraine beaucoup de temps passé pour les traitements même si la mortalité est relativement faible »

Les périodes chaudes sont propices à l’infestation. Cependant il est constaté que la phase de développement de la mouche est de plus en plus large (fin mai à fin octobre). De plus, cette espèce a la capacité de s’enfouir dans le sol tout l’hiver pour ressortir lorsque les températures lui sont favorables.

Le mouton reste l’espèce hôte de prédilection pour cette myiase, cependant, les bovins, les porcs, les équins ou les animaux de compagnie sont aussi susceptibles d’être touchés. «Les premières constatations dans l’Indre font état d’infestations sur des troupeaux ovins, mais aussi sur des bovins et des porcs en plein air, a indiqué Julie Petermann, vétérinaire au GDMA. Dix élevages ont été recensés. Nous ne savons pas comment cela va évoluer. Si l’on se réfère à la situation en Haute-Vienne, on peut s’attendre à une augmentation du nombre d’élevages infestés. »

De gros dégâts chez les animaux

La myiase Wohlfahrtia est un parasite obligatoire, c’est-à-dire qu’elle a besoin de la présence d’un hôte vivant pour survivre. Elle pond directement des larves dans des proportions comprises entre 100 et 200 individus par ponte. Elle recherche les zones non laineuses pour y déposer sa progéniture. Les pieds ou la vulve sont souvent les parties les plus touchées, mais les plaies sont aussi propices à leur développement.

Les larves sont carnivores. Elles créent des galeries dans la chair de l’animal, ce qui entraîne de vives douleurs, des inflammations, des boiteries et des déformations des membres en phase avancée. La phase larvaire dure une semaine au cours de laquelle 3 stades vont se succéder. A la fin de cette phase, les larves se laissent tomber de l’animal pour s’enfouir dans le sol et se transformer en pupe. Elles restent dans la terre pendant 21 jours sous températures chaudes.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Une reprise en pente très douce
Depuis mis mars, les produits au lait de chèvre ont été durement impactés.
Prudence dans les abattoirs français
La contamination d'employés de deux abattoirs interpelle les industriels de l'agro-alimentaire qui souhaitent à tout prix éviter une situation comme c
Covid-19 : La filière volaille y laisse des plumes
La crise sanitaire Covid-19 avec la perte d’une partie des débouchés met en sérieux péril certaines productions à l’image celle des canards ; en poule
Un échange gagnant-gagnant
Depuis 2 ans, Julien Philippon échange son fumier contre des fourrages avec ses voisins céréaliers.
ENVISAGER L’AÉRATION AUTREMENT
Le climat change et les équipements doivent suivre pour faire face à de nouvelles situations.
CONCEVOIR POUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX ET DES ÉLEVEURS
Face aux changements climatiques, l'aménagement des bâtiments est voué à évoluer pour un maintien du bien-être animal et des performances satisfaisant
Publicité