Aller au contenu principal

La pomme de terre, le rendez-vous de l'été à Arthon

Les champs de pommes de terre ne sont pas monnaie courante dans l'Indre, mis à part à Arthon où Laurent Deffontaines cultive ce féculent depuis plusieurs dizaines d'années.

Bintje, amandine ou encore ratte, les variétés de pommes de terre se comptent par centaines. Ce tubercule très apprécié peut se marier avec pratiquement tous les aliments et se déguster sous toutes ses formes. Production phare du nord de la France, la pomme de terre n'a pas encore peuplé les champs de l'Indre.

Une diversification peu courante

Et pourtant, à Arthon, Laurent Deffontaines s'est orienté vers cette production depuis 25 ans. Un pari au départ qui s'est transformé en rendez-vous habituel pour une clientèle fidèle. Originaire de la Somme, il s'est installé en Berry en 1987. « J'ai repris l'exploitation sur une surface de 193 ha en grandes cultures. Je fais un assolement de colza, blé, orge, pois et triticale ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Une récolte entre surprises et déceptions
La récolte 2021 a été marquée par les averses venant jouer les troubles fêtes et mettant les nerfs des agriculteurs à rude épreuve.
Ce que l'étude de son sol enseigne
Face aux changements climatiques et au risque de stress hydrique, préserver la structure et la qualité du sol est essentiel pour conserver une réserve
Renard : éleveurs, déclarez vos dégâts !
Le manque de déclarations de dégâts pourrait remettre en cause le statut du renard en tant qu'espèce susceptible d'occasionner des dégâts.
Enfin une fenêtre météo propice
Dans les parcelles praticables, les moissons ont repris depuis le début de la semaine.
Publicité